Le nombre de migrants arrivés en Europe par la mer en 2016 a chuté des deux tiers à 364 000 personnes par rapport à 2015 avec une nette baisse des arrivées par la Grèce, a annoncé vendredi l’agence chargée des frontières extérieures de l’UE (Frontex).

Frontex note en revanche une augmentation « record » du nombre de migrants arrivés d’Afrique par la Méditerranée centrale, avec 181 000 personnes en 2016, soit une augmentation de 20 % par rapport à 2015.

Mais, note Frontex dans un communiqué, l’an dernier 182 500 migrants sont entrés en Grèce, en passant par la mer Egée, soit une chute de 79 % par rapport à l’année 2015.

La baisse est due en particulier à l’entrée en vigueur d’un accord entre Bruxelles et Ankara qui prévoit le retour en Turquie de tout migrant arrivé en Grèce depuis le 20 mars et n’ayant pas fait de demande d’asile ou dont la demande a été rejetée.

La baisse est également due aux contrôles plus pointilleux dans les Balkans, souligne l’agence européenne basée à Varsovie.

Frontex note une pression migratoire toujours « croissante » en provenance du continent africain, en particulier de l’Afrique de l’Ouest avec les migrants nigérians parmi les plus nombreux.

Depuis 2010, le nombre de personnes provenant de l’Afrique de l’Ouest a été multiplié par dix aux frontières de l’Italie.

Au total, en 2016, 503 700 personnes ont été arrêtées tentant d’entrer illégalement en Europe par ses frontières externes, selon Frontex.