Une nouvelle statue d’un nationaliste ukrainien responsable de l’assassinat de dizaines de milliers de Juifs pendant la Révolution russe, a été dévoilée samedi à Vinnitsa, dans la région de la ville autrefois appelée Yerusalimka (Jérusalem), située à seulement 200 mètres à pieds d’une petite synagogue toujours en activité.

La ville, située à 260 kilomètres au sud-ouest de la capitale ukrainienne, Kiev, a déjà une rue nommée pour Symon Petliura.

Les soldats de la République populaire ukrainienne de Petliura ont été responsables de 493 des 1 236 pogroms enregistrés et d’autres incidents violents contre les Juifs dans 524 villes ukrainiennes pendant la Révolution russe de 1918 à 1921 ; bien que le rôle actuel de Petliura reste incertain.

L’érection de la statue fait partie d’un mouvement continu des autorités ukrainiennes visant à remplacer les noms et les monuments russes par des noms ukrainiens en réaction à la guerre en cours contre les séparatistes soutenus par la Russie dans les régions ukrainiennes de Donetsk et Lougansk.

L’an dernier, l’Ukraine a observé une minute de silence pour Petliura à l’occasion du 90e anniversaire de son assassinat à Paris.

Un tribunal français a acquitté le meurtrier Sholom Schwartzbard, un Juif né en Russie, bien qu’il ait admis être coupable; après avoir découvert que Petliura avait été impliqué ou avait connaissance des pogroms commis par les membres de sa milice. Quinze membres de la famille de Schwartzbard ont péri dans ces pogroms.

'Le dernier Juif de Vinnitsa’'. Cette photographie montre un membre du Einsatzgruppe D sur le point d'abattre un Juif agenouillé devant un charnier plein à Vinnitsa, en Ukraine, en 1941. (Crédit : capture d'écran YouTube)

‘Le dernier Juif de Vinnitsa’’. Cette photographie montre un membre du Einsatzgruppe D sur le point d’abattre un Juif agenouillé devant un charnier plein à Vinnitsa, en Ukraine, en 1941. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Dans la ville d’Ouman, grand lieu de pèlerinage pour les juifs hassidiques de Breslev, un nouveau monument commémore récemment Ivan Gonta, un cosaque du 18e siècle impliqué dans un massacre de Juifs, de Polonais et de catholiques orientaux.

La population juive d’avant-guerre de Vinnitsa estimée à 28 000 personnes a été assassinée par les nazis et immortalisée dans la photo emblématique ‘Le dernier juif de Vinnitsa’. La photographie, trouvée dans un album appartenant à un soldat allemand, montre un membre de l’Einsatzgruppe D sur le point d’exécuter un homme juif s’agenouillant devant une fosse commune.

Le Premier ministre ukrainien, Volodymyr Groysman, est juif du côté de son père.