La police israélienne a découvert jeudi matin qu’un des abris censés protéger les civils contre les tirs de roquettes palestiniens avait été transformé par d’astucieux opportunistes en salle de jeux clandestine doublée d’une plantation de cannabis, a-t-elle indiqué.

Les habitants du sud d’Israël exposés depuis un mois aux tirs de roquettes de la bande de Gaza passent de nombreuses heures, voire des nuits entières dans ces abris bétonnés, ouverts à tous et alimentés en eau et électricité.

L’abri fait partie intégrante de la vie de beaucoup d’Israéliens. Mais, souvent sale, négligé parce qu’ouvert seulement en cas de nécessité, il est tout sauf un lieu de plaisirs.

C’est pourtant tout le contraire qu’ont découvert les policiers à Kiryat Gat, à une vingtaine de kilomètres au nord-est de la bande de Gaza.

Ils ont retrouvé là, dans un abri bétonné et souterrain, des planches de jeu, des jetons, des bouteilles d’alcool et un kilo de marijuana cultivée sur place dans des serres artisanales, selon une vidéo de la perquisition tournée par la police et transmise à l’AFP.

« Nous traversons une période rude, pendant laquelle des millions de personnes sont obligées de vivre et de dormir dans ces abris », s’est émue Louba Samri, porte-parole de la police, « imaginez qu’en cas d’alerte votre abri municipal soit transformé en salle de jeux et laboratoire de drogue clandestin ».

Un agriculteur d’une cinquantaine d’année a été interpellé. Il possède le terrain sur lequel a été construit l’abri. « Tout l’équipement » appartient à son fils, a-t-il dit aux enquêteurs, selon Mme Samri, qui n’a pas précisé les intentions de la police vis-à-vis de ce fils.

Les salles de jeux clandestines, tout comme la production et la consommation de marijuana sont interdits par la loi en Israël.