Le président de la Knesset Yuli Edelstein a déclaré mercredi qu’il n’était pas impressionné par une vague de manifestations anti-Israël et d’appels pour son arrestation avant son discours aux membres du Parlement britannique plus tard dans la journée.

Des activistes ont projeté des énormes messages appelant la Grande Bretagne « à arrêter l’occupation illégale d’Edelstein [sic] » et à déclarer que « le chef raciste d’Israël Edelstein n’est pas le bienvenu » contre les murs extérieurs du Palais de Westminster mardi soir.

Edelstein avait prévu de s’exprimer à la Chambre des Communes et la Chambre des Lords mercredi après-midi dans la première visite officielle d’un président de la Knesset israélienne au Royaume-Uni.

« Nos ennemis ne vont pas me décourager », a-t-il déclaré en réponse à l’incident, notant qu’il avait anticipé de rencontrer à la fois des soutiens et des opposants lors de sa visite.

« C’est une opportunité pour moi de faire entendre la position d’Israël sans hésitation », a-t-il déclaré.

Le président de la Knesset, qui est arrivé mardi au Royaume-Uni, a rencontré le secrétaire des Affaires étrangères Philip Hammond pour discuter des questions de sécurité régionale, en abordant notamment la violence israélo-palestinien, la situation à Gaza et un accord post-nucléaire de l’Iran.

Au cours de la réunion, Edelstein a salué les nouvelles directives publiées par le gouvernement britannique le mois dernier interdisant les organismes financés par l’État de boycotter les produits israéliens fabriqués dans les implantations.

Philip Hammond (Crédit : Flash90)

Philip Hammond (Crédit : Flash90)

« Les efforts de boycott visant à obtenir des résultats inverses de ce qu’on souhaite au départ, parce que celui qui boycotte des marchandises produites en Judée-Samarie nuit efficacement aux employés palestiniens qui travaillent pour gagner leur vie là-bas, » a-t-il dit à Hammond, en utilisant le nom biblique de la Cisjordanie.

En dépit de ses directives internes, la Grande-Bretagne, en tant que membre de l’UE, suit la directive de l’Union européenne qui consiste à étiqueter les produits des implantations comme ayant été fabriqués en Cisjordanie.

Hammond a réitéré l’opposition de son gouvernement face à l’entreprise de construction israélienne en Cisjordanie. En réponse, le président de la Knesset a souligné la situation humanitaire qui se détériore dans la bande de Gaza à la suite de la prise de contrôle du Hamas sur le territoire après le désengagement d’Israël.

« Ce que nous avons obtenu, ce n’est pas la paix, mais le terrorisme. La situation à Gaza a empiré à partir de notre retrait, » a déclaré Edelstein avant de condamner la direction du Hamas pour l’usage fait de l’argent de l’aide internationale pour redoubler d’efforts afin de pouvoir mener des attaques contre Israël.

Le mois dernier, Edelstein a fait face à une série de critique en marge de son allocution aux parlementaires britanniques quant au lieu de sa résidence située dans une implantation de Cisjordanie, avec des responsables palestiniens affirmant que son apparition à Westminster légitimerait les implantations « illégales » d’Israël.

Edelstein, qui vit dans l’implantation de Neve Daniel au Gush Etzion, au sud de Jérusalem, avait alors déclaré qu’il était « fier de représenter la Knesset et l’Etat d’Israël, y compris en tant que résident de Judée et de Samarie. »