Un militant d’extrême droite a été inculpé dimanche pour avoir menacé deux agents du Shin Bet et un procureur adjoint de l’Etat devant un tribunal.

Ephraim Khantsis, un immigrant des États-Unis de 27 ans et résident de l’implantation de Tapuah en Cisjordanie, a été arrêté la semaine dernière après avoir manifesté devant le tribunal qui a decidé de la détention administrative de deux militants d’extrême-droite.

Il se serait approché du procureur et des agents avec un mouvement mimant un tranchage de gorge et leur aurait dit : « Je vais m’occuper de vous. »

Khantsis s’est rendu au tribunal de district de Lod, où le juge a approuvé la détention administrative de Meir Ettinger et Eviatar Slonim pour six mois.

« Il n’a pas hésité à menacer le conseiller juridique du Shin Bet, même après qu’il ait été arrêté et entouré par des gardes, » peut-on lire dans l’acte d’accusation déposé dimanche au tribunal de district de Rishon Lezion, selon la Dixième chaîne.

« Son comportement dénote une absence de peur et de limites. »

Selon la radio israélienne, l’accusation a demandé une prolongation de la détention de Khantsis jusqu’à la fin du procès.

Khantzis avait déjà été condamné en 2010 à être placé en détention administrative – le terme juridique israélien pour une incarcération sans procès pour implication présumée dans le terrorisme.

Le Shin Bet avait à l’époque émis un ordre de détention pour soupçon « d’atteinte à la sûreté de l’Etat » et selon des renseignements concrets, aurait envisagé de mener une attaque violente.

Selon Haaretz, cependant, Khantsis a quitté Israël sans être arrêté après que son avocat ait conclu un accord avec le Shin Bet.

Auparavant, il avait été sous interdiction de se rendre en Cisjordanie par le Commandant de la région centre de l’armée israélienne pendant un an et demi après avoir exprimé son soutien à Jack Teitel, un terroriste juif qui avait été condamné en 2013 à deux peines à perpétuité pour deux meurtres et une longue liste d’autres infractions.