Un adolescent de l’implantation de Bat Ayin, en Cisjordanie, a été inculpé pour avoir agressé un chauffeur de bus arabe avec du gaz poivré, ont annoncé jeudi les tribunaux.

Selon l’acte d’accusation, qui a été déposé auprès du tribunal pour mineur de Jérusalem lundi, l’adolescent, accompagné d’un autre suspect, est monté dans l’autobus garé devant Bat Ayin le 16 août, armé d’un spray au poivre afin d’attaquer un chauffeur de bus arabe.

Après être monté dans le bus, l’adolescent a demandé au chauffeur de baisser la vitre, avec l’intention de l’attaquer avec un spray au poivre. Il a refusé.

Le jeune homme de 16 ans a ensuite demandé au chauffeur à quelle heure le bus partait, avant de se diriger vers la porte d’entrée du bus avec l’autre suspect.

Il s’est ensuite tourné vers le conducteur, tout en dissimulant le spray au poivre derrière son dos et lui a demandé s’il était Juif ou Arabe. Quand le conducteur a répondu qu’il était arabe, l’adolescent l’a aspergé de gaz lacrymogène avant de s’enfuir, selon l’acte d’accusation.

Vue de l'implantation de Bat Ayin en Cisjordanie. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

Vue de l’implantation de Bat Ayin en Cisjordanie. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

La police avait été, dans un premier temps, incapable d’appréhender l’adolescent.

Il a été arrêté avec l’autre suspect, âgé de 14 ans, le mois dernier, alors qu’il était en train de commettre une autre attaque contre un chauffeur d’autobus, avec à nouveau du spray au poivre.

La police avait précisé à l’époque que les deux adolescents étaient soupçonnés d’avoir attaqué un certain nombre de chauffeurs de bus ces derniers mois.

Les procureurs ont demandé jeudi que l’adolescent soit maintenu en détention jusqu’à la fin de la procédure judiciaire, que des conditions limitant ses activités soient posées.

L’adolescent, dont l’identité a été placée sous embargo parce qu’il est mineur, a été accusé d’agression ayant entraîné des blessures corporelles avec des motifs racistes.

Honenu, une organisation d’aide juridique de droite défendant les suspects, a déclaré dans un communiqué le mois dernier que l’opération qui a mené à leur arrestation était une « provocation ».

Honenu a poursuivi en ajoutant que trois autobus israéliens avaient été garés en plein milieu de l’implantation pendant une longue période, dans le but d’attirer les suspects, alors que les détectives étaient assis à l’intérieur, habillés en civils. Le communiqué n’a pas précisé en quoi la présence des bus était une « provocation » qui a poussé les adolescents à asperger l’un des conducteurs avec du gaz poivré.

Bat Ayin, qui est située dans le Gush Etzion, au sud de Jérusalem, abrite une communauté nationaliste qui a comme politique de ne pas autoriser la présence des Arabes à l’intérieur de l’implantation. Ses résidents ont été impliqués dans un certain nombre d’attaques contre des Palestiniens et leurs biens par le passé.

Jacob Magid a contribué à cet article.