WASHINGTON (JTA) – Alors que de nombreux adolescents passent leurs vacances d’été à se détendre et à profiter de leur temps libre, Nathaniel Melnitsky, 14 ans, a travaillé aux côtés de son père dans une clinique médicale de fortune dans un village guatémaltèque.

Cet été, par le biais de DOCare International, une organisation d’aide médicale, Melnitsky et son père, médecin urgentiste de Floride, ont travaillé avec une équipe de bénévoles pour installer et organiser une clinique.

Les bénévoles se réveillaient tous les jours à cinq heures et voyageaient une heure et demie avant de s’atteler à convertir en quatre jours une école en établissement médical fonctionnel qui accueillerait environ 1 600 patients.
Melnitsky déclare qu’il s’attendait à vaguement seconder son père et le personnel médical.

Mais il n’était pas en reste. Il a trié l’équipement, effectué des examens de vue et des tests de laboratoire, comme des électrocardiogrammes.

« C’était vraiment cool d’apprendre et de gagner de l’expérience digne d’un étudiant en médecine », déclare Melnitsky.
Mais cette expérience n’était pas facile. Et être debout sur ses jambes et ne pas parler l’espagnol a compliqué la tâche.

Pourtant, ces défis paraissent dérisoires par rapport aux problèmes économiques des patients.

Beaucoup de patients, y compris des enfants, devaient marcher près de huit heures pour atteindre l’hôpital le plus proche, dit Melnitsky. « Je pensais que c’était vraiment intéressant de voir le monde tel qu’il est vraiment ».

Etudiant de première année à l’École communautaire Hillel Scheck à North Miami Beach, en Floride, il est récemment devenu président du club pré-med qu’il a ouvert là-bas.

Melnitsky affirme vouloir organiser des initiatives de bénévolat dans les hôpitaux locaux pour les membres du club. Il espère aussi revenir au Guatemala ou se rendre au Pérou avec son père l’été prochain pour une autre mission médicale.

« C’est un monde à part, et nous sommes très chanceux [aux États-Unis] de pouvoir avoir tout ce que nous voulons en effleurant quelques touches de notre iPhone », observe Melnitsky. « Je ne verrai jamais les choses de la même manière. »
JTA lui parle de son héros, de l’expérience juive significative qu’il a vécue et de ce qu’il fait pour s’amuser.

Qui est ton héros et pourquoi ?

Mon père est un héros. J’ai vu comment il aide les gens et les médecins, en général, comment ils travaillent dur consacrent leur temps libre sans rien obtenir en retour.

Quelles sont les qualités importantes d’un héros ?

Ils peuvent avoir toutes les qualités : courageux, intelligents, attentionnés. Il n’y a pas de format pour être un héros.

Quelle est ta fête juive préférée ?

J’ai toujours aimé Pessah parce que c’était tellement cool de s’asseoir à une table, de veiller et de manger de la matsa. C’est tellement différent de ce à quoi je suis habitué.

Peux-tu partager avec nous une expérience juive significative ?

Yom Kippour passé, j’étais assis pendant tout le service et j’ai prié toute la journée.

Que veux-tu être quand tu seras grand ?

C’est une bonne question. Soit médecin ou ingénieur, ou les deux, peut-être ingénieur biomédical.

Quel genre de choses aimes-tu faire pour t’amuser ?

J’aime nager, faire du vélo, courir.