Distribuer des sandwichs aux sans-abris dans un parc de Washington DC s’est avéré être un moment charnière dans la vie de Joe Goldberg.

« Cela a été un tournant et cela m’a ouvert les yeux sur que ce qu’est le monde », déclare Goldberg, 18 ans, parlant de son voyage de confirmation dans la capitale deux ans auparavant.

Ce natif de St Louis est le vice-président de la branche de l’action sociale internationale/Tikkun Olam de l’United Synagogue Youth [Les jeunes de la synagogue unifiée] (USY), le groupe de jeunes conservateurs. Goldberg a pris ses fonctions en décembre dernier et son mandat durera un an.

Après le succès de l’opération 18 000 l’année dernière – une campagne à travers laquelle les adolescents enregistraient les heures de service communautaire effectuées dans une base de données en ligne, dans le but d’obtenir un montant total de 18 000 heures accumulées collectivement – Goldberg a supervisé le lancement de l’opération 54 000 cette année.

Mais la nouvelle initiative n’est pas, explique-t-il, « une continuation, mais une re-modélisation » de l’impulsion Tikkun Olam [réparation du monde]. Les adolescents de l’USY seront rejoints par leurs pairs du mouvement conservateur des camps de Ramah, les synagogues et Nativ, une étude collégiale du programme d’Israël, raconte Goldberg.

« Le but », affirme-t-il, « n’est pas seulement de pointer les heures, mais de se réunir en tant que Juifs conservateurs ». Ensemble, ils ont enregistré 22 000 heures de service communautaire à ce jour, a ajouté Goldberg.

Fraîchement sorti du lycée, il va passer l’été à travailler au Camp Herzl à Webster dans le Wisconsin.

En automne, il ira ensuite en Israël pour une année d’études et ensuite il étudiera à l’Université du Michigan, où il envisage de se spécialiser en science politique et dans les relations internationales.

Goldberg travaille actuellement sur « Day 54K », le point culminant de l’opération
54 000 qui aura lieu le 26 octobre. Ce sera un jour de service à travers tout le mouvement conservateur où, explique-t-il, « nous prendrons position pour faire du monde un endroit meilleur et faire une différence positive dans notre communauté ».

Il a parlé au JTA de son modèle qui est la plus grande influence dans sa vie, ses ambitions de leadership et ce qu’il aime faire pour s’amuser.

Qui ont été les plus grandes influences dans votre vie ?

Certainement mon père. Mon père est la meilleure personne que je connaisse. C’est un ami, un modèle et une personne que j’admire. Il me pousse au meilleur de moi-même et à accueillir les défis à bras ouverts.

Pouvez-vous partager avec nous une expérience juive significative ?

En juin 2012, je suis allé au séminaire de l’USY sur le Pèlerinage en Israël/Pologne. Il y avait une nuit dans le désert [en Israël] où nous avons grimpé cette montagne et sommes arrivés au sommet après le lever du soleil.

J’étais avec quatre ou cinq autres garçons, des amis incroyables, nous nous sommes enveloppés des téfillines et avons fait un Shaharit [la prière du matin] personnel, mais nous avons aussi chanté les chansons [du vendredi soir]. Nous nous sommes vraiment imprégnés de la beauté de l’instant et ce que cela signifiait d’être un adolescent juif.

Que voudriez-vous faire quand « vous aurez grandi » ?

Mon travail de rêve, autre qu’être président des États-Unis, est d’être le gouverneur du Missouri. J’aimerais être impliqué dans la politique publique et représenter les gens.

Quel est votre plat juif préféré ?

Si le saumon saumuré compte, je choisirais ça sinon les knishs de pommes de terre.

Quel est le dernier livre que vous avez lu ?

Steve Jobs de Walter Isaacson. [Jobs] était différent de ce que j’imaginais ; c’était un livre phénoménal.

Quel genre de choses aimez-vous faire pour vous amuser ?

J’aime passer du temps avec mes amis et ma famille, aller à la salle de sport, faire de la natation et du basket-ball.