VARSOVIE, Pologne – L’ancien combattant du ghetto de Varsovie, Simcha Rotem, connu en Pologne sur le nom de Kazik Ratajzer, a remporté le procès contre la maison d’édition PWN, qui avait publié ses lettres d’amour à sa fiancée Irena Gelblum.

Les lettres ont été publiées dans le livre de Remigiusz Grzela, intitulé Irena’s Choice. PWN a été condamné à présenter des excuses à Rotem et à faire don de 5 900 dollars à une organisation caritative.

Le verdict a été rendu par la Cour d’Appel de Varsovie vendredi.

Le parquet de Varsovie avait déterminé il y a deux ans qu’il n’y avait aucune violation de la loi, étant donné que la fille d’Irena Gelblum avait accepté que ces lettres soient publiées. Mais les lettres avaient été rédigées par Rotem, et il n’avait pas donné son accord.

Rotem, 92 ans, vit en Israël. Il fait partie des derniers combattants du ZOB, qui a lutté dans le ghetto de Varsovie. Il était en couple avec Gelblum pendant la guerre et un peu après.

Il lui avait adressé des lettres, qui ont été publiées sans son accord dans le livre de Grzela. Les lettres incluaient « des confessions privées et des sentiments », que Rotem n’avait pas l’intention d’étaler en public.

Gelblum était membre de l’Organisation juive de Combat et a participé au soulèvement du ghetto de Varsovie. Elle a quitté la Pologne en 1968. Pour se débarrasser de son passé, elle a changé son identité pour devenir Irena Conti Di Mauro, prétendant être une poétesse italienne.

PWN devra publier des excuses sur son site.