L’identité de l’ex-ancien député arrêté pour des soupçons d’avoir accepté des pots-de-vin d’un homme d’affaires, dont des services sexuels, en échange de la promotion de ses intérêts commerciaux à la Knesset a été dévoilée jeudi.

Amnon Cohen, qui a été député entre 1999 et 2015, et a autrefois été félicité par le Mouvement pour un gouvernement de qualité en Israël, est soupçonné par la police de corruption, de fraude et d’abus de confiance.

Il a été interrogé mercredi, avant que la Cour n’ordonne sa détention pour cinq jours d’interrogatoire supplémentaire.

« La police nationale a arrêté ce matin [mercredi] pour l’interroger un ancien député suspecté d’avoir reçu, pendant son mandat des pots-de-vin d’un homme d’affaires, y compris des services de nature sexuelle, en échange de la promotion des sujets liés à ses intérêts commerciaux », a déclaré la police dans un communiqué mercredi.

Ni Cohen ni son avocat Jacob Weinroth n’ont souhaité commenter ses accusations.

Amnon Cohen, ancien député du Shas, comparaît devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 7 décembre 2016. (Crédit : capture d'écran Walla)

Amnon Cohen, ancien député du Shas, comparaît devant la cour des magistrats de Rishon Lezion, le 7 décembre 2016. (Crédit : capture d’écran Walla)

L’identité de Cohen avait initialement été placée sous embargo. La Cour des magistrats de Rishon Lezion a rejeté une demande et un appel supplémentaire pour empêcher la publication de son nom, et a levé l’embargo jeudi à 14h00.

La Cour du district de Lod devait décider jeudi après-midi de la prolongation de la détention de Cohen au-delà des cinq jours précédemment autorisés.

La décision d’interroger Cohen a été prise en raison de « considération opérationnelle qui autorisait un développement », selon le communiqué de la police, qui a précisé que l’enquête était en partie le fruit d’un reportage de l’émission d’investigation Uvda de la Deuxième chaîne.

En mars, Uvda avait affirmé que l’ancien député du Shas avait été payé pendant dix ans par un courtier en bourse, recevant ainsi d’importantes sommes d’argent afin de promouvoir ses intérêts à la Knesset. Les avocats de l’ancien député avaient à l’époque rejeté ces allégations.

Le reportage avait affirmé que Cohen avait régulièrement reçu de l’argent de Daniel Milkandov, un important courtier et conseiller financier. Il avait en échange utilisé son poste, notamment à la commission des Finances de la Knesset, pour éliminer les obstacles réglementaires au marché boursier nuisant aux affaires de Molkandov.

Molkandov a déclaré à la deuxième chaîne que les deux hommes avaient un accord : lorsque Cohen souhaitait recevoir de l’argent, il lui envoyait un message demandant: « Puis-je venir et arroser tes plantes ? ». Les deux hommes se rencontraient dans un appartement situé dans la ville de Nes Ziona, au sud de Tel-Aviv, afin de procéder à la transaction.

Daniel Molkandov pendant l'émission Uvda de la Deuxième chaîne, diffusée en mars 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Daniel Molkandov pendant l’émission Uvda de la Deuxième chaîne, diffusée en mars 2016. (Crédit : capture d’écran Deuxième chaîne)

Molkandov a ajouté que les deux hommes s’étaient rencontrés lors d’un événement de 2003 organisé pour les juifs de Boukhara.

C’est le député Shas qui avait ensuite cultivé les liens entre les deux hommes, raconte Molkandov, contactant l’homme d’affaires à plusieurs reprises pour le rencontrer.

« Il se plaignait continuellement du salaire des membres de la Knesset, disait qu’il ne lui restait rien et que ses frais étaient élevés », a dit Molkandov à Uvda. Le député lui aurait également dit qu’il avait été forcé de contracter des prêts auprès d’individus sans scrupules. « A chaque réunion, il le mentionnait, jusqu’à ce que je n’en puisse plus. J’ai pris 200 ou 300 shekels, c’était de la petite monnaie pour moi, et les lui ai donnés. Voilà comment cela a commencé. »

Molkandov a également affirmé que pendant une visite parlementaire officielle en Biélorussie en 2007, Cohen lui avait demandé de lui trouver une escorte féminine. « Vous connaissez la Biélorussie, Daniel », a raconté Molkandov en rapportant les paroles du député. « Pouvez-vous m’organiser quelque chose ici ? Je suis seul dans la chambre, je m’ennuie ».

« J’ai [passé] quelques appels … une ‘amie’ est venue le voir … dans sa chambre, à l’hôtel », a détaillé Molkandov. Cette même femme avait ensuite été emmenée en Israël pour un second rendez-vous avec Cohen dans un hôtel de la mer Morte.

Lorsque Molkandov a été arrêté en 2005 pour avoir facturé à ses clients des taux plus élevés que ceux autorisés par la loi, Cohen aurait exercé des pressions afin d’améliorer les conditions de son incarcération. Molkandov avait ensuite été condamné à 20 mois de prison, au cours desquels Cohen lui a rendu visite.

Le programme télévisé a diffusé les enregistrements de plusieurs conversations entre Cohen et Molkandov. Au cours de l’un des enregistrements, Molkandov discute de l’argent qu’il a donné au député, ce que Cohen ne semble pas nier.

Les liens entre les deux hommes se sont assombris à la fin de l’année 2014 en raison d’une dispute financière. Molkandov avait alors demandé à Cohen de lui rembourser ses dettes.

Uvda a rapporté que l’annonce brutale de Cohen, peu avant les élections de 2015, concernant son abandon de la vie politique, avait été provoquée suite à la pression de hauts responsables du Shas, qui avaient pris connaissance de ses activités illicites avec Molkandov. Cependant, Cohen a peu après été nommé à la tête de l’Institut des normes d’Israël, qui supervise la qualité des produits de consommation, une position qu’il occupe toujours.

Molkandov a témoigné contre Cohen auprès de la police à la fin 2015, mais ses accusations n’avaient pas eu de suite.

Les avocats de Cohen avaient nié les accusations contre leur client, déclarant à la Deuxième chaîne que Molkandov avait tenté de faire chanter l’ancien député et avait manipulé les enregistrements obtenus par le programme: « C’est un manipulateur qui ne reculera devant rien pour atteindre ses objectifs sordides ».

Ils avaient précisé que la police avait déjà examiné les accusations de Molkandov contre Cohen et n’avait trouvé aucune preuve qui justifierait une enquête. Ils avaient affirmé que Cohen avait passé avec succès un test au détecteur de mensonges, dans lequel il affirmait n’avoir jamais reçu d’argent de la part de Molkandov.

Un test au détecteur de mensonges indépendant, réalisé pour Uvda, mais cette fois-ci sur Molkandov, avait également conclu qu’il semblait dire la vérité.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.