Un ancien ministre du Tourisme (Yisrael Beytenu) a été condamné à 15 mois de prison et devra payer une amende de 70 000 NIS après avoir plaidé coupable d’abus de confiance dans un accord de peine.

Stas Misezhnikov, 48 ans, ministre entre 2009 et 2013, a été accusé d’avoir assuré le financement d’un festival étudiant par son ministère en 2012 dans la ville portuaire d’Eilat, puis d’avoir demandé aux organisateurs d’embaucher sa compagne, Julia Roth. Les organisateurs ont accepté, lui payant des dizaines de milliers de shekels. Le financement du ministère s’est élevé à environ un million de shekels.

Au cours de l’enquête, il a aussi été inculpé pour avoir vu ses assistants se procurer de la cocaïne qu’il aurait ensuite utilisée lors d’événements officiels en Israël et à l’étranger. Ces accusations ont été abandonnées dans l’accord de plaidoyer.

L’acte d’accusation révisé et les termes de l’accord de peine ont été soumis à la Cour de Tel Aviv le mois dernier.

Les accusations contre Misezhnikov ont été reliées à une vaste enquête de corruption concernant un certain nombre d’anciens responsables du parti Yisrael Beytenu.

En août, l’ancienne vice-ministre de l’Intérieur, Faina Kirshenbaum, et neuf autres fonctionnaires liés à Yisrael Beytenu ont été inculpés pour une série d’accusations de corruption, notamment de fraude et de blanchiment d’argent.

Faina Kirshenbaum, ancienne vice-ministre de l’Intérieur du parti Yisrael Beytenu, à la Knesset, en mai 2014. (Crédit : Hadas Parush/Flash90)

Yuval Sasson, l’avocat de Misezhnikov, a déclaré : « Mon client a pris la pleine responsabilité de l’infraction qu’il a commise il y a près de huit ans alors qu’il était un ministre novice concernant un conflit d’intérêts dû à un mauvais jugement. »

Maor Even-Chen du département économique du ministère public, a déclaré : « Le tribunal a accepté notre position et a fixé un niveau de sanction approprié pour la fraude et l’abus de confiance. »

« Maintenant, chaque fonctionnaire et élu saura qu’un grave conflit d’intérêts dans le cadre de sa position, et l’exploitation de cette position pour promouvoir des partenaires, se traduira par de nombreux mois derrière les barreaux. «