Un animateur populaire de radio en Israël a été contraint lundi de présenter ses excuses pour son « enthousiasme excessif » après avoir été leurré par un imposteur qui s’était fait passer par le président américain Donald Trump lors de son émission.

Au cours de son émission quotidienne sur la radio militaire, Erel Segal a informé ses auditeurs que Trump était en ligne, à bord d’Air Force One, pendant son vol vers Israël.

Alors qu’il demandait à « Trump » si ce dernier avait un message à transmettre au peuple d’Israël, l’homme lui a répondu : « Je veux juste transmettre le message que l’Amérique est derrière vous à 100 %. 100 %. »

« Je n’imposerai rien [à Israël]. Je viens plutôt pour écouter, plutôt pour écouter. Et il y a beaucoup de gens différents avec beaucoup d’idées très bonnes et je voudrais entendre les deux parties », a ajouté l’imitateur de Trump.

L’identité de l’auteur du canular fait à la station de radio est encore indéterminée.

« [C’était] un mélange d’enthousiasme excessif et une blague vraiment bien faite, ([avec] des appels de la Maison Blanche, des numéros, etc… ), » a raconté Segal, expliquant qu’il avait été en contact avec des gens dont il avait pensé qu’ils étaient des représentants du président américain avant l’appel téléphonique.

L'animateur radio Erel Segal. (Capture d'écran : YouTube)

L’animateur radio Erel Segal. (Capture d’écran : YouTube)

L’imposteur a non seulement su imiter la voix du président mais aussi sa manière de parler, reprenant des commentaires qu’il avait faits sur son initiative de négociation d’un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

« J’adorerais souscrire à un accord. Je ne peux pas promettre que je conclurai un accord. Cela sera un accord très important si j’arrive à le faire mais je ne peux rien promettre. Alors maintenant, là, je voudrais simplement écouter », a-t-il dit.

« Il y a véritablement un accord à conclure. Je ne sais pas si je suis l’homme qui le réalisera mais j’adorerais conclure un accord comme celui-là ».

Plus tard, évoquant les personnalités dont les avis comptaient à ses yeux, l’imposteur a mentionné un ancien législateur de droite issu du parti au pouvoir du Likud.

« Je viens de lire une idée d’un individu qui répond au nom de Moshe Feiglin. J’ai vraiment aimé ce que j’ai lu. J’ai pensé que c’était très réfléchi. Mais beaucoup de gens ont beaucoup d’idées différentes, je ne sais pas avec qui je vais m’aligner et je suis là pour écouter et je pense qu’un accord doit être conclu mais que les deux parties doivent être des partenaires volontaires si elles désirent réaliser un accord », a dit le faux Trump.

Le député Likud Moshe Feiglin arrive à la Knesset, le 9 décembre 2013 (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)

Le député Likud Moshe Feiglin arrive à la Knesset, le 9 décembre 2013 (Crédit : Hadas Parush/FLASH90)

Suite à cette mention de Feiglin, Segal a semblé réaliser qu’il avait été leurré, disant : « M. le président, merci de vous être entretenu avec nous », avant de raccrocher.

Après avoir été ridiculisé sur les réseaux sociaux, Segal a plus tard reconnu son erreur sur Twitter.

« J’ai été un pigeon », a-t-il dit.

Segal a ajouté que lorsqu’il trouverait l’auteur de la blague, « je prendrai ma revanche ».