Un Arabe israélien a été condamné lundi à onze mois de prison ferme pour s’être rendu illégalement en Syrie afin d’y rejoindre les rebelles qui combattent le régime de Bashar el-Assad, a-t-on indiqué de source judiciaire.

L’accusé Youssef Nasrallah a été reconnu coupable par le tribunal de Kvar Saba (au nord de Tel-Aviv) d’avoir gagné la Syrie via la Jordanie « afin d’y mourir en martyr aux côtés des rebelles ce qui, selon ses croyances religieuses, devait le conduire au paradis », a indiqué le tribunal dans ses attendus.

Youssef Nasrallah est âgé d’une vingtaine d’années, selon des informations antérieures.

Deux jours après s’être infiltré en Syrie, il a été arrêté par les forces du régime. Il a été détenu dans des conditions physiques éprouvantes « pendant huit mois au cours desquels il a été interrogé et torturé », selon le tribunal.

Il a fourni à ses interrogateurs des informations sur une base israélienne, dit le tribunal sans plus de précision. Il a été libéré le 12 décembre et est rentré le 19 décembre via la Jordanie en Israël, où il a été arrêté par les services de sécurité israéliens.

Selon une porte-parole de l’administration des tribunaux, « plusieurs autres Arabes israéliens ont déjà été condamnés pour avoir voulu aller combattre en Syrie ».

Plusieurs dizaines d’Arabes israéliens ont rejoint le groupe Etat islamique (EI), a affirmé le ministre israélien de la Défense Moshe Yaalon le 11 mars au lendemain de l’annonce par cette organisation de l’exécution d’un Arabe israélien.

L’EI accusait Muhammad Said Ismail Musallam, exécuté par un jeune garçon selon la vidéo, d’avoir infiltré ses rangs pour le compte du renseignement israélien. Israël a démenti et les parents aussi.

Les services de sécurité israéliens ont fait état ces derniers mois d’Arabes israéliens tués dans les rangs d’organisations djihadistes. Ils ont annoncé en janvier l’arrestation de sept Arabes israéliens accusés de planifier la création d’une cellule de l’EI en Israël.