Un citoyen Arabe israélien détenu en Egypte, accusé de falsification de documents et de trafic d’organes, a été libéré lundi et renvoyé en Israël.

Les autorités égyptiennes ont libéré Yusef Al Ubra, originaire de Rahat, suite au versement par sa famille d’un pot-de-vin. En cas de défaut de paiement, il aurait été jugé sur la base de fausses accusations, a confié l’homme d’affaires Yacoub Abu Algiaan, qui a aidé la famille à réunir les fonds nécessaires à la libération d’Al Ubra.

Il a ajouté que la famille avait été éconduite lorsqu’elle avait demandé de l’aide aux députés arabes de la Knesset, mentionnant spécifiquement l’ancien ministre-adjoint d’origine druze Ayoob Kara, membre du Likud.

Al Ubra a été arrêté par les autorités égyptiennes il y a quatre jours alors qu’il tentait de rentrer en Israël via le terminal de Taba. Il accompagnait alors son frère malade, qui devait poursuivre son traitement débuté en Israël il y a plusieurs mois. Les deux hommes avaient l’autorisation de traverser la frontière.

Israël conseille à ses citoyens de ne pas voyager dans la péninsule du Sinaï et en Egypte en raison de l’instabilité chronique dans le pays.

L’Egypte détient toujours Ouda Tarabin, un Bédouin israélien, également natif de Rahat, qui a été capturé par l’armée égyptienne en 2000 après avoir traversé la frontière de manière illégale.

Ouda Tarabin a été jugé par contumace pour espionnage par une cour martiale égyptienne et condamné à 15 ans de prison en vertu des lois d’urgence en Egypte, qui offrent la possibilité d’une libération conditionnelle. Il clame son innocence depuis son arrestation.

Au cours des dernières années, il a été question d’un échange entre Tarabin et des dizaines de prisonniers égyptiens détenus en Israël, mais aucun accord n’a jusqu’à présent été trouvé.

Tarabin n’a ainsi pas été inclus en 2011 dans l’échange entre le ressortissant israélo-américain Ilan Grapel et 25 prisonniers égyptiens détenus en Israël.