Le frère d’une victime israélienne d’un attentat terroriste dont une des auteurs pourrait être libérée dans le cadre d’un échange de prisonniers entre la Jordanie et l’État islamique aurait demandé au royaume hachémite de garder la terroriste d’Al-Qaïda derrière les barreaux.

Le gouvernement jordanien a renouvelé dimanche son offre d’échanger Sajida al-Rishawi contre un pilote jordanien retenu en captivité.

Al-Rishawi, qui a raté un attentat-suicide à la bombe, a été condamnée à la mort par pendaison en Jordanie pour son rôle dans une attaque contre un hôtel qui a coûté la vie à 60 personnes en 2005.

Le quotidien Yedioth Ahronoth a rapporté lundi qu’Ibrahim Abu-Garuf d’Umm El-Fahm a envoyé une lettre au roi Abdallah II l’implorant de « ne pas céder à la terreur, et de ne pas faire un accord avec une organisation d’assassins ».

Le frère d’Ibrahim Hussam, qui était en voyage d’affaires en Jordanie, a été tué dans un attentat à l’hôtel Hyatt à Amman en novembre 2005.

Al-Rishawi avait été impliquée dans une série d’attaques meurtrières commises dans la journée et s’apprêtait à se faire exploser dans un hôtel, mais les explosifs n’ont pas fonctionné. La terroriste s’est alors enfui au domicile de ses parents et a été arrêtée plus tard par les autorités jordaniennes puis condamnée à mort par pendaison pour son implication.

« Je ne suis certainement pas autorisé à donner des conseils au roi Abdallah, a dit Abu-Garuf à Yedioth. Je sais aussi que dans tous les accords d’échange [de prisonniers] comme ce qui est arrivé avec l’affaire Gilad Shalit avec le Hamas, il y a ceux qui s’opposent, et les parties intéressées.Et pourtant, je me tourne vers lui au nom de mon frère mort, et au nom de ma famille : ‘Ne libérez pas la méprisable Sajida al-Rishawi. N’oubliez pas, elle a été formée pour assassiner des innocents et s’est portée volontaire pour porter une ceinture d’explosifs' », a-t-il ajouté.

Abu Garuf a prevenu le roi que la djihadiste pourrait probablement mener des attaques – éventuellement contre la Jordanie – si elle était libérée.

« Si vous montrez des signes de faiblesse, écrit-il dans sa lettre au roi, l’Etat islamique peut préparer une mauvaise surprise de dernière minute. »

La veuve de Hussam et ses trois enfants ont emménagé dans un appartement à côté de chez lui après qu’il a été tué. « Nous étions très proches, comme des frères jumeaux », a-t-il affirmé.

Et d’ajouter : « Hussam aimait vraiment la Jordanie. Chaque fois qu’il s’y rendait, il me disait, ‘Je me sens vraiment en sécurité ici’, et regardez ce qui lui est arrivé. »

Le pilote jordanien, le lieutenant Muath al-Kaseasbeh, a été capturé après que son F-16 se soit écrasé en décembre en Syrie près de Raqqa, la capitale de facto du groupe État islamique.

Le porte-parole du gouvernement hachémite, Mohammed al-Momani, a déclaré lundi à l’Associated Press : « nous demeurons prêts à libérer » la prisonnière Rishawi. Elle a des liens familiaux étroits avec la branche irakienne d’Al-Qaïda, précurseur de l’EI.