AMSTERDAM – Un important assureur hollandais a défendu sa couverture de la circoncision des garçons de moins de 18 ans pour des raisons religieuses, après des critiques portant sur la pratique et sur l’impact de l’islam dans la société.

Zilveren Kruis, le plus grand assureur du royaume, a inclus la circoncision religieuse dans sa brochure 2017 publiée en décembre, puis l’a défendue dans un communiqué publié jeudi sur son site internet.

« Nous voyons que certaines des parties assurées veulent être circoncises ou que leurs garçons soient circoncis », a écrit l’agence en réponse aux « diverses questions demandant pourquoi certaines de nos options comprennent le remboursement d’une circoncision non médicale », comme l’a définie Zilveren Kruis.

Mardi, René van Rijckevorsel, rédacteur en chef de l’hebdomadaire conservateur Elsevier, a déclaré sur Twitter que Zilveren Kruis encourageait les mutilations génitales des femmes. Quand Zilveren Kruis a précisé que son assurance ne couvrait que les hommes, van Rijckevorsel a déclaré qu’il considérait aussi la circoncision comme une « mutilation ».

Dans son communiqué, Zilveren Kruis a cependant suggéré que sa couverture encourageait les parents à faire pratiquer la procédure de manière plus hygiénique et dans des cliniques autorisées.

Le blog d’informations de droite GeenStijl, qui se vante d’avoir deux millions de vues par mois, a écrit que Zilveren Kruis entrait dans cette niche qui n’était récemment occupée que par des compagnies d’assurance spécialisées pour les musulmans. Zilveren Kruis a commencé à couvrir la circoncision non médicale dans certaines de ses options en 2014.

Dans le nord de l’Europe, la circoncision non médicale des garçons est attaquée par certains, qui y voient l’influence étrangère des musulmans, et par des progressistes qui affirment ne pas s’opposer à une telle influence en elle-même, mais voir cette coutume particulière comme une violation des droits de l’enfant.

Un débat similaire a émergé autour de l’abattage rituel des animaux.

Les deux coutumes sont partagées par les juifs et les musulmans, même si, entre autres différences, les juifs appliquent une réglementation plus stricte.

Environ la moitié des juifs hollandais ne pratique pas de circoncision sur leurs garçons, selon une étude de 2009.

Binyomin Jacobs, grand rabbin des Pays-Bas (Crédit : Meshulam/Wikipedia)

Binyomin Jacobs, grand rabbin des Pays-Bas (Crédit : Meshulam/Wikipedia)

Le grand rabbin des Pays-Bas, Binyomin Jacobs, a déclaré que l’inclusion de la circoncision par Zilveren Kruis est « clairement destinée aux musulmans, pas aux juifs », puisque les mohel, qui pratiquent la circoncision dans le judaïsme, le font gratuitement.

La décision de Zilveren Kruis de proposer un remboursement ne touche pas les juifs, mais est une « chose positive » pour la société car elle aider à éviter les risques sanitaires dans les circoncisions musulmanes, qui sont parfois pratiquées par des proches non qualifiées, a déclaré Jacobs.

D’autre part, en octobre, un tribunal suédois avait rejeté la demande de remboursement d’une mère musulmane à la municipalité pour la circoncision de son fils, avait annoncé un journal local, Vetlanda Posten.