Un avion médicalisé de l’armée de l’air libyenne s’est écrasé dans la nuit de jeudi à vendredi dans la région tunisienne de Grombalia, tuant ses onze passagers, selon les autorités qui privilégient la piste d’une panne de moteur.

« L’appareil est un Antonov 26 immatriculé 5 Alpha Delta Oscar Whiskey –5ADOW– de l’armée de l’air libyenne », a indiqué à l’AFP Sofiène Bejaoui, un responsable des contrôleurs aériens de l’aéroport de Tunis-Carthage où se rendait l’appareil.

« Malheureusement les onze personnes à bord sont mortes », a-t-il affirmé.

« Selon le contrôleur aérien qui lui a parlé en dernier, le dernier message du pilote était +engine on fire+ c’est à dire +moteur en feu+ », a ajouté le responsable.

L’appareil s’est écrasé dans la région de Grombalia, située à une quarantaine de kilomètres au sud de Tunis alors qu’il effectuait un vol entre un aérodrome militaire de la région de Tripoli, la capitale libyenne, et Tunis, selon cette même source.

Il est tombé dans un champ aux abords du village de Nianou, a indiqué un photographe de l’AFP présent sur les lieux. Aucune des habitations autour du site ne semblait avoir été touchée.

« L’avion est tombé à 01H30 (00H30 GMT) du matin vendredi(…). Onze personnes étaient à son bord: trois médecins, deux patients et six membres d’équipage », a dit à l’AFP le porte-parole de la protection civile, Mongi el-Kadhi.

« L’avion a entièrement pris feu, la protection civile s’est rendue sur les lieux et a sorti les dépouilles calcinées » de l’épave, a-t-il ajouté.

Les corps des victimes ont été transportés vers un hôpital de la capitale tunisienne, selon la protection civile.

« Les recherches sont en cours pour retrouver les boîtes noires », a affirmé de son côté le porte-parole du ministère de la Défense, le général Taoufik Rahmouni, à la radio privée Mosaïque FM.

Il a précisé n’avoir « aucune information » pour l’instant sur l’identité des passagers.

Pendant la nuit, à l’aide de lances à eau, les pompiers ont lutté avec les flammes qui ont ravagé l’appareil.

A l’aube, à la faveur de la lumière du jour, les pompiers et policiers tunisiens ont commencé les recherches pour tenter de trouver les boîtes noires susceptibles de confirmer qu’une panne moteur est bien à l’origine de l’accident, selon le photographe de l’AFP.

La queue de l’avion portant les couleurs libyennes était visible parmi les amas de décombres éparpillés sur le site de l’accident.

Selon le site du constructeur Antonov, une compagnie soviétique devenue ukrainienne après la chute de l’URSS, l’appareil Antonov-26 (AN-26) est une version modifiée pour les forces armées de l’avion civil AN-24.

Ce bimoteur à hélice court et moyen courrier pouvant transporter jusqu’à quarante personnes à 6.000 mètres d’altitude a été lancé en 1969 et les derniers modèles ont été construits en 1986.

Près de 1.400 appareils ont été mis en exploitation durant cette période, dont 420 ont été exportés, selon la même source.