Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a vivement condamné vendredi matin l’incendie criminel sur une famille palestinienne – dans laquelle un enfant est mort brûlé – comme un crime « horrible, odieux » qui est « une attaque terroriste à tous égards. »

Un bébé palestinien a été tué en Cisjordanie dans la nuit de jeudi à vendredi dans un incendie criminel, commis apparemment par des extrémistes juifs.

Deux maisons du village palestinien de Duma, au sud de Naplouse, ont été incendiées, et les mots hébreux «Vengeance» et «Vive le Roi Messie » ont été peints à la bombe sur les murs, à côté d’une étoile de David.

Des sources médicales palestiniennes ont dit que l’enfant, Ali Saad Dawabsha, était de âgé de 18 mois.

Les parents du bébé, ainsi que son frère de 4 ans, ont été blessés et évacués vers un hôpital. Leur état a été défini modéré à grave, avec des brûlures sur une grande partie de leur corps.

Les deux maisons, dont l’une appartenait à la famille Dawabsha, et l’autre qui était vide à ce moment, ont été incendiées par des assaillants non identifiés à environ 2h du matin.

Selon certaines sources, l’incendie a été causé par des cocktails Molotov lancés dans la maison. D’autres ont affirmé que la maison a été aspergée avec un produit inflammable avant d’y mettre le feu.

Les parents se sont réveillés et ont essayé de sortir leurs enfants de la maison, mais n’ont pas pu sauver leur plus jeune fils. Des résidents locaux ont déclaré avoir vu quatre hommes fuire la scène en direction de l’implantation voisine de Maaleh Efraim.

« Je suis choqué par cet acte horrible, odieux », a déclaré le Premier ministre dans un communiqué. « Il s’agit d’une attaque terroriste à tous égards. L’Etat d’Israël traite fermement de la terreur, peu importe qui sont les auteurs ».

Le premier ministre a affirmé qu’il avait chargé les forces de sécurité à « utiliser toutes les ressources à leur disposition pour capturer les assassins et les traduire en justice dès que possible. »

Netanyahu a présenté ses condoléances et souhaité un prompt rétablissement aux membres de la famille Dawabsha, et a déclaré que le gouvernement israélien était « uni dans son opposition farouche à ces actes terribles. »

Les propos du Premier ministre ont été repris vendredi matin par le ministre de la Défense Moshe Yaalon et par l’armée israélienne qui l’a appelé une «attaque terroriste grave », et par les politiciens de tous bords.

L’armée israélienne a également renforce sa présence en Cisjordanie en prévision des émeutes. Le Hamas avait déclaré vendredi une « journée de la colère » pour protester contre la mort de plusieurs Palestiniens par les forces de sécurité israéliennes au cours des dernières semaines, et les manifestations pourraient dégénérer en violence.

La phrase en hébreu «Vive le Roi Messie» est peinte à la bombe  sur les murs d'une maison palestinienne qui a été incendiée par des pyromanes  dans le village palestinien de Duma, près de Naplouse, le 31 juillet 2015 (Photo: Zacharia Sadeh / Rabbis for Human Rights)

La phrase en hébreu «Vive le Roi Messie» est peinte à la bombe sur les murs d’une maison palestinienne qui a été incendiée par des pyromanes dans le village palestinien de Duma, près de Naplouse, le 31 juillet 2015 (Photo: Zacharia Sadeh / Rabbis for Human Rights)

« L’incendie criminel avec l’assassinat du bébé palestinien Ali Dawabsha est une attaque terroriste grave qui ne peut être tolérée, et nous le condamnons catégoriquement », a déclaré Yaalon. « Nous allons pourchasser les meurtriers jusqu’à ce qu’ils soient arrêtés. »

Le porte-parole de Tsahal Moti Almoz a dit qu’il « ne peut pas se rappeler d’un incident aussi grave au cours des dernières années.

« C’est un crime, et nous le traitons d’attaque terroriste pour toutes fins utiles, » a-t-il déclaré.

De nombreuses forces de sécurité israéliennes sont arrivées sur les lieux et enquêtent sur l’attaque. L’armée israélienne a condamné l’attaque « terroriste » et a promis par la bouche de son porte-parole de trouver les auteurs de l ‘«incident très grave. »

L’attaque de Douma a également été condamné vendredi matin par les politiciens des gauche comme de dtoite.

Pour Naftali Bennett, le chef du parti HaBayit HaYehudi, l’attaque n’est pas « un crime de haine » ou un attaque « prix à payer » – c’est un assassinat.

« La terreur est la terreur, point barre », a ajouté Bennett. « L’incendie de la maison de Douma et l’assassinat du bébé est une attaque terroriste aussi choquante qu’insondable. »

Avigdor Liberman, le chef d’Yisrael Beytenu a condamné l’ « acte odieux », et a exhorté les forces de sécurité à faire tout leur possible pour traquer les tueurs.

Le dirigeant de l’Union sioniste, Isaac Herzog, a dénoncé la «tragédie terrible» et l’horrible «crime de haine ».

« Ceci du terrorisme de la pire espèce », a poursuivi Herzog, l’assimilant à l’assassinat brutal de l’adolescent Muhammed Abu Khdeir de Jérusalem-Est par des extrémistes juifs l’été dernier .

« Nous avons toujours craint que viendrait le jour où un incendie criminel enlèverait une vie, » a déclaré Zacharia Sadeh de l’organisation Rabbis for Human Rights [Rabbins pour les Droits de l’Homme] au site Ynet.

« Il s’agit d’une attaque terroriste contre des personnes innocentes qui dormaient dans leur maison. »

Il a exhorté les dirigeants israéliens et les responsables de la défense de «trouver les criminels et de les traduire en justice. »

[mappress mapid= »4452″]

Danny Dayan, l’ancien chef de file du Conseil de Yesha, a déclaré à la radio militaire qu’il espérait que les responsables seraient arrêtés.

« Un tel crime doit être extirpé sans hésitation, » a-t-il dit. « Si quelqu’un incite à de tels crimes, il devrait aussi être jeté en prison. »

Des extrémistes de droite ont ces dernières années perpétré diverses attaques impliquant des incendies criminels et des graffitis sur des propriété arabes en Cisjordanie et à Jérusalem sous le slogan « Prix à payer ».

Les responsables israéliens ont qualifié les attaques de « terreur juive » et ont promis de lutter contre le phénomène.

Jeudi un troisieme suspect juif a été inculpé pour l’incendie de l’église de la Multiplication des pains.

Le Shin Bet, le service de sécurité intérieure israélien, a affirmé mercredi que les trois suspects Moshe Orbach, Yinon Reuveni et Yehuda Asraf appartenaient à « un groupe à l’idéologie radicale, actif depuis 2013, soupçonné d’autres actes antichrétiens et d’agressions contre des civils palestiniens , qui cherche à influer sur le changement de régime en Israël et hâter la rédemption. »