Un Belge d’origine iranienne a été condamné mardi par un tribunal israélien à sept ans de prison pour espionnage au profit de l’Iran, a constaté un journaliste de l’AFP présent à l’audience à Lod, près de Tel-Aviv.

Ali Mansouri, né en Iran et détenteur de la nationalité belge depuis son mariage avec une Belge en 2002, avait été arrêté le 11 septembre 2013 à l’aéroport international Ben Gurion, près de Tel-Aviv, en possession de photos de l’ambassade des Etats-Unis à Tel-Aviv et d’autres sites en Israël, selon le contre-espionnage israélien.

La condamnation prend effet à la date de son arrestation, a précisé à des journalistes l’avocat d’Ali Mansouri, Avigdor Feldman, qui ne devrait pas faire appel du jugement.

« La cour a entendu nos arguments selon lesquels la sécurité d’Israël n’avait pas été compromise », a-t-il dit.

« Ce sont les services secrets iraniens qui ont fait pression sur lui et sa famille et nous avons le sentiment que cette condamnation est plutôt juste et raisonnable au regard des circonstances », a-t-il ajouté.

Selon les documents de justice, Ali Mansouri avait été recruté en 2012 par les Gardiens de la Révolution, le corps d’élite iranien, « en vue de mener des mission d’espionnage pour porter atteinte à la sécurité d’Israël », où il s’est rendu trois fois.

Sa mission consistait à se présenter comme un homme d’affaires venu créer en Israël une entreprise de production de verres spéciaux, qui aurait ensuite servi de vitrine pour des activités d’espionnage auxquelles devait se livrer un autre ressortissant iranien censé arriver par la suite, selon ces documents.

En échange, il s’était vu promettre un million de dollars, selon le contre-espionnage israélien.