Un bus vide qui roulait dans le centre de la Cisjordanie a été la cible de tirs lundi soir, et a été légèrement abîmé.

Il n’y a pas eu de victimes. La fusillade a eu lieu près des implantations de Dolev et Talmon, au nord ouest de Ramallah.

« Des impacts de balles ont été identifiés sur le bus », a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué.

L’attaque a eu lieu un jour après qu’un Israélien a été légèrement blessé dans son véhicule par une attaque à main armée près de l’implantation de Halamish dimanche soir.

Selon les premières informations, l’auteur de l’attaque a ouvert le feu depuis un autre véhicule sur une route proche du village palestinien d’Aboud, près de Ramallah.

Le blessé, qui aurait une vingtaine d’années, a été soigné sur place pour des blessures au visage causées par des éclats de verre au moment où l’homme armé a tiré sur la vitre du conducteur.

Il a ensuite été transporté à l’hôpital. Le véhicule a été abîmé.

La semaine dernière, un homme armé a ouvert le feu sur une voiture israélienne qui transportait deux enfants près de Ramallah. Le véhicule avait été abîmé mais il n’y avait pas eu de blessé.

Ce même jour, un Palestinien de 21 ans avait attaqué un groupe de policiers dans la Vieille Ville de Jérusalem avec un tournevis, et avait poignardé l’un d’entre eux à la tête et un autre dans le haut du corps, avait annoncé la police. En réponse, les policiers avaient ouvert le feu, et blessé mortellement l’attaquant, qui était décédé à l’hôpital.

Une série d’attaques palestiniennes au couteau, à la voiture bélier et à main armée qui a commencé il y a un an s’est apaisé ces six derniers mois, même si des incidents sporadiques persistent.

Entre octobre 2015 et octobre 2016, 36 Israéliens, deux Américains et un Erythréen ont été assassinés dans des attaques au couteau, à main armée et à la voiture bélier.

Selon les chiffres de l’AFP, 238 Palestiniens, un Jordanien et un migrant soudanais ont également été tués, la plupart d’entre eux pendant qu’ils menaient des attaques contre des Israéliens, selon Israël, et beaucoup d’autres pendant des affrontements avec les troupes en Cisjordanie et à la frontière gazaouie, ainsi que pendant des bombardements israéliens sur la bande de Gaza.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.