Le théâtre d’un centre communautaire juif de Miami a annulé la représentation d’une pièce sur Israël à la suite de plaintes de certains membres de la communauté disant que son message était « inapproprié et gênant ».

Dans une lettre de mardi expliquant la décision de « suspendre les représentations » après quatre apparitions de la production « Crossing Jerusalem » du théâtre des arts culturels du centre communautaire juif Michael-Ann Russel, le président du centre communautaire a déclaré que c’était « afin d’éviter toute douleur supplémentaire et pour engager une conversation dynamique et rigoureuse qui fera avancer notre communauté ».

Répondant à un post Facebook mardi, l’un des acteurs de la pièce, Adam Schwartzbaum, a trouvé que la décision était une « capitulation qui brisait le cœur aux forces de la peur et de l’ignorance ».

« ‘Crossing Jerusalem’ est l’histoire d’une famille israélienne qui, au pire de la deuxième intifada, tente de traverser Jérusalem vers sa partie arabe pour fêter un anniversaire dans un restaurant possédé par des arabes chrétiens. Quand la famille est confrontée par le fils d’un homme arabe musulman qui a travaillé dans leur maison pendant sept ans, les évènements prennent une tournure dramatique et s’achèvent en tragédie. La pièce est une histoire puissante à propos des personnes traumatisées et imparfaites qui vivent une situation complexe. Elle dramatise la lutte et le chagrin que les juifs et les arabes expérimentent face à la guerre et au terrorisme », a expliqué Schwartzbaum.

La controverse en reflète d’autres affrontées par les centres communautaires juifs américains sur des médias perçus comme critiques d’Israël, notamment à Washington et New York.

« Crossing Jerusalem », qui a été programmée jusqu’à dimanche, parle d’une famille israélienne pendant la deuxième intifada en mars 2002.

Dans un entretien accordé au Florida Sun-Sentinel avant l’annulation, le metteur en scène Michael Andron a déclaré que la pièce « n’est pas à propos de l’intifada per se », mais que la situation politique « met en place la scène de multiples familles, chacune confrontée à des idées de longue date, partageant des réalités, des secrets profonds et la découverte e ce qui importe vraiment ».

Cependant, Ralph Avi Goldwasser, co-fondateur du groupe de défense d’Israël ‘Le projet David’, a déclaré au Sun-Sentinel que la pièce pouvait être « vue comme une œuvre d’art explicitement politique qui, à dessein ou non, présente un faux paradigme sur le conflit israélo-palestinien ».

Les notes de programme incluaient un message précisant que les idées exprimées dans le spectacle ne reflétaient pas les opinions du centre communautaire.

Dans sa réponse sur Facebook, Schwartzbaum a déclaré que la décision d’annuler était un « acte de lâcheté » qui « montrait en exemple comment une minorité de voix extrêmes domine la communauté juive et utilise des tactiques de voyou pour manipuler le débat sur Israël et la situation au Moyen Orient ».

Gary Bomzer, le président du centre communautaire, a écrit dans sa lettre que la vision du théâtre était « d’engager significativement les uns et les autres sur Israël » et que « la dernière chose que nous voulons est d’aliéner les membres de notre communauté ou nuire aux relations ».

En 2014, un groupe de membres de la communauté avait appelé au boycott de la fédération juive du grand Washington pour protester contre son soutien à Theater J, une compagnie du centre communautaire dont les productions ont été considérées comme anti-Israël. Le théâtre a licencié son directeur artistique de longue date, Ari Roth, mais le centre a démenti que la décision soit politique.

D’autres militants ont manifesté contre le JCC au festival annuel du film de l’autre Israël à Manhattan, qui présente des films sur les arabes et d’autres populations minoritaires en Israël.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.