Une famille juive de la banlieue de Paris peut remercier son chien pour avoir permis l’évasion de ses membres d’une habitation touchée par un incendie qui, pense-t-elle, pourrait avoir été allumé par un voisin islamiste, a fait savoir un groupe anti-raciste.

La famille a été réveillée après minuit vendredi par les aboiements insistants du chien et a découvert que la porte d’entrée était en feu et que la fumée se répandait rapidement à l’intérieur de l’appartement situé dans la banlieue de Créteil, au sud-est de la Capitale, a fait savoir le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA), dimanche.

La porte a été incendiée par des individus qui l’ont aspergée d’un fluide hautement inflammable, a conclu la police, selon le rapport sur le dossier établi par le BNVCA.

La famille a expliqué à la police qu’elle soupçonnait un voisin, un Arabe, dont le BNVCA a fait savoir qu’il avait exprimé des points de vue extrémistes et antisémites en ligne. La police a arrêté le voisin en liaison avec l’incident, que le BNVCA a qualifié d’antisémite.

La semaine dernière, une personne non-identifiée avait également mis le feu à la voiture familiale. Les témoins ont vu un homme portant un sweat à capuche l’allumer, selon un rapport du BNVCA.

« L’incident confirme l’observation du BNVCA selon laquelle les actes antisémites qui commencent avec l’attaque des biens appartenant aux Juifs (synagogues, écoles, centres communautaires) ou par des agressions contre les individus dans la rue ont évolué en attaques commises contre les Juifs dans leurs propres domiciles », a écrit le groupe.