La police roumaine a arrêté trois adolescents accusés d’avoir détruit 10 pierres tombales dans un cimetière juif du pays.

L’incident s’est produit durant le week-end, a indiqué la police dans un communiqué publié lundi, dans la ville septentrionale de Reghin, à 300 kilomètres au nord de Bucarest, la capitale.

Les suspects auraient brisé les pierres tombales et dessiné des croix gammées sur deux portails. La police affirme cependant que les croix gammées auraient pu être peintes il y a quelques mois, a souligné le site Agepres.

Lundi, la Fédération des communautés juives de Roumanie a dit être « choquée par ce nouvel acte de vandalisme antisémite. »

« Nous soulignons que cette affaire impose une enquête sérieuse et une condamnation ferme, en accord avec les dispositions légales en vigueur, car les décisions laxistes ouvrent la voie à davantage de violations de la démocratie », a affirmé Aurel Vainer, président de la fédération, dans un communiqué.

« Ce n’est pas une coïncidence que cet incident scandaleux se soit produit une semaine après la commémoration nationale pour les victimes de la Shoah en Roumanie. »

Au début du mois, les autorités ukrainiennes avaient arrêté plusieurs adolescents qui avaient vandalisé au moins 20 tombes juives en août.

Les adolescents, tous mineurs, avaient été placés en détention pour des actes de vandalisme à Svalyava, dans l’ouest de l’Ukraine, à 160 kilomètres de Lviv, a indiqué le site.

Le cimetières qu’ils auraient vandalisé n’est plus fréquenté depuis des décennies.