L’armée égyptienne a affirmé vendredi avoir tué un « dangereux extrémiste » dans la péninsule du Sinaï, où des combattants islamistes ont multiplié les attaques depuis la destitution du président Mohamed Morsi en juillet.

Nour Hamdeen était « l’un des plus importants et dangereux extrémistes » du pays, a indiqué le porte-parole de l’armée, le colonel Ahmed Ali, dans un communiqué.

Il est tombé dans une embuscade tendue par l’armée sur une route du village d’Al-Touma, dans le nord du Sinaï, et a été tué dans les échanges de tirs ayant suivi, a-t-il expliqué.

L’armée égyptienne a déployé des troupes dans le Sinaï, une région montagneuse et sous-développée située près d’Israël et de la bande de Gaza, afin de lutter contre les groupes armés.

Depuis la destitution par les militaires de l’islamiste Morsi le 3 juillet, les attaques visant les forces de l’ordre se sont en effet multipliées dans le Sinaï, avant de toucher le delta du Nil et Le Caire.

Les principaux attentats ont été revendiqués par le groupe djihadiste Ansar Beit al-Maqdess, un mouvement basé dans le Sinaï qui dit s’inspirer d’Al-Qaïda. Mais le nouveau pouvoir dirigé de facto par l’armée accusent les Frères musulmans, dont est issu Mohamed Morsi, qui démentent.

La confrérie a été déclarée par les autorités « organisation terroriste » fin décembre, après un attentat suicide contre le quartier général de la police ayant fait 15 morts à Mansoura, dans le delta du Nil, pourtant revendiqué par Ansar Beit al-Maqdess.

La dernière vidéo publiée par ce groupe sur des forums djihadistes montre un kamikaze, présenté comme Imam Maraie Imam Mahfouz dit Abou Mariam, menant cette attaque.

La vidéo affirme que ce kamikaze avait été blessé lors de manifestations pro-Morsi près de la place Ramsès au Caire, théâtre l’an passé de heurts meurtriers entre islamistes et forces de l’ordre.

La vidéo, qui dure 16 minutes, le montre, habillé d’une djellaba blanche, s’en prenant verbalement à l’armée et « aux ennemis de Dieu ». On le voit ensuite conduire un véhicule et mener l’attaque dans la nuit.