LONDRES – Un parlementaire Britannique a été critiqué mercredi pour avoir tweeté qu’il tirerait des roquettes sur Israël s’il vivait dans les Territoires Palestiniens.

« La grande question est – si je vivais à Gaza, tirerais-je une roquette ? – probablement oui » a tweeté le membre libéral-démocrate du Parlement Britannique David Ward.

Ward a déjà été suspendu du second parti dans la coalition pour ses remarques sur l’Etat juif.

Israël a lancé un bombardement massif de 16 jours à Gaza dans un but d’arrêter le mouvement islamiste du Hamas de lancer les roquettes dans le pays. Des sources à Gaza parlent de 630 morts Palestiniens alors que 31 Israéliens, parmi eux 29 soldats ont été tués.

Certains sur les réseaux sociaux ont appelé le chef du parti, le vice-Premier ministre Nick Clegg à suspendre Ward des Libéraux-Démocrates, en même temps que d’autres décrivent son commentaire comme une incitation à la violence.

Le parti a pris ses distances par rapport aux commentaires et affirmé que Clegg avait depuis longtemps appelé à une solution paisible pour le conflit.

« Nous condamnons totalement les commentaires de David Ward, ils ne sont pas représentatifs des Libéraux-Démocrates » a dit le parti dans un communiqué.

« Le parti prend cette question très à cœur et s’en occupera en tant que problème disciplinaire ».

Puis David Ward a tweeté un autre message, « à la manière de John F.Kennedy », cherchant à savoir de quel côté était l’Occident dans ce conflit.

En juillet dernier, le parti de Ward l’a puni d’une suspension de deux mois pour avoir tweeté qu’Israël était un Etat d’apartheid.

Dans un tweet du 13 juillet, Ward a écrit « Ai-je tort ou raison ? Enfin les #sionistes sont en train de perdre la bataille – combien de temps l’Etat d’#apartheid qu’est Israël peut durer ? » [Le tweet a sûrement dû être effacé depuis.]

Précédemment, Ward avait énervé la communauté juive le 27 janvier 2013, le jour international de la mémoire de l’Holocauste, en disant qu’il était « triste que les juifs, qui ont souffert à des niveaux inimaginables de persécutions durant l’Holocauste, puissent, peu d’années après la libération, infliger des atrocités aux Palestiniens dans le nouvel Etat d’Israël – et continuent à le faire ».

JTA a contribué à ce rapport.