Un député égyptien a frappé dimanche d’un coup de chaussure son collègue Tewfik Okacha, qui va faire l’objet d’une enquête interne après avoir invité à dîner chez lui l’ambassadeur d’Israël au Caire.

Le député Tawfik Okasha, qui est également animateur de télévision et était décrit par le quotidien officiel de l’Etat al-Ahram comme « controversé », souvent critique de l’Etat juif, avait publiquement – pendant son émission – invité l’ambassadeur Haim Koren chez lui pour un diner.

Koren a accepté joyeusement, et tous deux se sont rencontrés mardi chez Okasha, discutant de politiques, de commerce et de coopération agricole entre les deux pays.

Mais d’autres députés ont été scandalisés par ce diner, qu’un député a qualifié de « prostitution politique ». Cent membres de la législature ont appelé à une session d’urgence pour discuter de cette rencontre.

« Les deux parties se sont mises d’accord pour rester en contact et poursuivre la coopération », avait rapporté le lendemain l’ambassade d’Israël dans un communiqué, parlant d’une rencontre « très réussie ».

« Nous nous sommes mis d’accord pour qu’Israël ait un rôle décisif dans la question du barrage » controversé construit par l’Ethiopie sur le Nil, avait indiqué Okacha dans un entretien publié jeudi par le quotidien égyptien Al-Masri al-Youm.

L’Egypte est devenue en 1979 le premier pays arabe – et l’un des deux seuls à ce jour avec la Jordanie – à avoir signé un accord de paix avec Israël. Les relations entre les deux pays restent toutefois un sujet sensible au sein des médias et de l’opinion publique.

Et pendant la session parlementaire spéciale, Okasha a été attaqué par un député lanceur de chaussure.

Le coupable, le député Kamel Ahmed, et Okasha ont été exclus de la session.

Un comité va enquêter sur l’incident, a souligné le site internet du Parlement. Des images diffusées par la chaîne de télévision privée CBC Extra montraient M. Ahmed, visiblement très en colère, le bras levé et agitant sa chaussure, alors qu’une foule de parlementaires l’escortent vers la sortie.

Ahmed a déclaré qu’Okasha « méritait 90 millions de chaussures », selon une traduction du site d’informations Ynet. « Je veux lui tirer dessus. Ce que j’ai fait reflète l’opinion de la nation. J’ai fait ce que j’ai fait parce que je suis un député et un représentant du peuple. Chaque fois que je le verrai, je le frapperai avec une chaussure. »

« Je n’ai fait qu’exprimer l’opinion du peuple égyptien. Cette chaussure était pour Tewfik Okacha, mais aussi pour la Knesset [le Parlement israélien] et l’entité sioniste », a indiqué Ahmed après l’incident, selon une vidéo publiée sur le site internet du quotidien égyptien al-Shorouk.

Un « comité spécial » doit également enquêter sur les déclarations d’Okacha « pour insulte au Parlement, au peuple et à la sécurité nationale », a indiqué à l’AFP le député Moustafa Bakri.

La question, hautement stratégique, du barrage construit par l’Ethiopie, est souvent considérée au Caire comment une affaire de sécurité nationale.

L’Ethiopie doit inaugurer en 2017 ce barrage présenté comme le plus grand d’Afrique. Mais l’Egypte s’est longtemps opposée à ce projet, craignant qu’il ne diminue ses propres approvisionnements en eau.