Après un inédit 7-1 en demi-finale d’une l’Allemagne mettant chaos le Brésil mardi, un membre du Parlement malaisien a jugé opportun de partager son enthousiasme sur Internet en exprimant son appréciation pour nul autre que dirigeant nazi Adolf Hitler.

« Bien joué, Bravo, Vive Hitler », a tweeté son compte personnel Bung Mokhtar Radin, membre du parti de l’Organisation nationale malaisienne unifiée.

Mais alors que la victoire monumentale de l’Allemagne restera comme l’un des plus grands moments de l’histoire de la Coupe du monde, le tweet du député malaisien, soyez-en sûrs, ne le sera pas.

Presque immédiatement après la publication de ce post controversé, Bung Mokhtar s’est vu attaqué de toutes parts, encaissant coup dur après l’autre – tout comme la défense misérable brésilienne pendant le match.

« Bung Mokhtar devrait savoir que s’il disait cela en Allemagne, il pourrait aller en prison pour soutien du nazisme », a observé son rival politique Lim Guan Eng.

Holger Michael, ambassadeur d’Allemagne en Malaisie, a également condamné le tweet, déclarant que le peuple allemand « rejette fermement l’allusion inacceptable au régime fasciste d’Adolf Hitler ».

La sphère Tweeter a réagi au mauvais choix de mots de Bung Mokhtarn avec un mélange habituel d’insultes et de calomnies, et des appels au « représentant honteux de la Malaisie », « malade » et « maladroit » à démissionner du parlement.

Bung Mokhtar a ensuite publié des excuses, mais dirigées envers la nation allemande, et non envers les victimes du régime nazi d’Hitler.

« Quand l’Allemagne a buté le Brésil, j’ai involontairement dit quelque chose qui a heurté les sentiments de personnes en Allemagne. Mes excuses les plus sincères », a-t-il écrit.

« Vive Bung », a ajouté le député de Malaisie.

Bung Mokhtar été condamné dans le passé pour des déclarations jugées offensantes et insensibles.

Lors d’un débat sur une fuite dans le toit du parlement en 2007, il avait dit : « Où est la fuite ? La députée Batu Gajah fuit aussi tous les mois », se référant au cycle menstruel d’une députée de l’opposition.

 L’AFP contribué à cet article.