La commission des Lois votera dimanche sur la question de savoir si la coalition soutiendra une proposition de loi faite par un député de la coalition et membre du du HaBayit HaYehudi visant à interdire aux muezzins d’utiliser des haut-parleurs pour l’appel à la prière musulmane [Adhan].
 
Les appels à la prière, traditionnellement annoncés depuis les minarets cinq fois par jour et qui sont souvent amplifiés avec des haut-parleurs, ont été fréquemment la cible de l’ire des politiciens de droite, certains déclarant qu’il s’agit d’une nuisance fort inutile que l’on entend aussi dans les villes et les quartiers juifs.

Les efforts législatifs pour contrecarrer les appels à la prière n’ont cependant jamais réussi à rassembler un soutien à grande échelle, et il est difficile de savoir si cette nouvelle tentative aura plus de succès.

La proposition de loi a été écrite par le député Moti Yogev du HaBayit HaYehudi et est soutenue par des collègues de la coalition des partis du Likud et de Koulanou, selon le quotidien Haaretz.

Les partisans du texte affirment que la liberté de religion devrait aussi prendre en compte la qualité de vie.

La proposition de loi vise à empêcher aussi bien les appels bruyants à la prière, mais aussi le fait que les haut-parleurs soient utilisés pour « transmettre des messages religieux ou nationalistes, voire d’incitation à la violence. »

« Des centaines de milliers de citoyens israéliens – en Galilée, dans le Néguev, à Jérusalem, à Tel Aviv-Jaffa et dans d’autres endroits dans le centre d’Israël – souffrent tous les jours du bruit causé par l’appel des muezzins des mosquées, » lit-on dans la proposition de loi.

Le texte vise à interdire les systèmes d’amplification dans tous les lieux de prière dans le pays, pas seulement des mosquées.

Le ministre de l’Intérieur pourrait toutefois exempter certains lieux de culte, selon Haaretz.