Un diplomate iranien en Uruguay a été soupçonné d’être impliqué dans la pose il y a quelques semaines d’une petite bombe devant l’ambassade israélienne à Montévidéo, et a été ultérieurement expulsé, a rapporté vendredi Haaretz, citant des sources à Jérusalem.

Le 8 janvier, un engin explosif improvisé a été découvert devant l’ambassade d’Israël.

À l’époque, les responsables officiels avaient annoncé que le dispositif était factice, mais selon Haaretz, la bombe improvisée avait partiellement explosé et a ensuite été neutralisée par la police. Personne n’a été blessé dans l’attaque.

Les services de renseignement de l’Uruguay ont lié l’attentat à un diplomate de l’ambassade d’Iran, et il y a deux semaines, à la suite de consultations avec Téhéran, l’envoyé a quitté le pays.

Un fonctionnaire à Jérusalem a dit au quotidien qu’Israël a été tenu au courant de l’expulsion du diplomate iranien, mais que l’Uruguay avait demandé de garder le secret sur l’affaire.

En décembre, l’Uruguay a élu un président qui s’était rendu deux fois en Israël et qui maintient un dialogue ouvert avec la communauté juive de son pays.

Le Dr Tabaré Vazquez, âgé de 74 ans, a été élu président pour la deuxième fois.

Au cours de son premier mandat, de 2005 à 2010, il avait effectué une visite officielle de trois jours en tant qu’invité du président d’alors, Shimon Peres, au cours de laquelle il avait visité l’Institut Weizmann, l’Hôpital Schneider pour enfants et le mémorial de Yad Vashem.

Vazquez, un oncologue, s’est également rendu en Israël en 1982, pour représenter l’Uruguay à un séminaire international sur la recherche sur le cancer.