Gusztav Zoltai, le directeur de la fédération des communautés juives de Hongrie, ou Mazsihisz, a démissionné pour protester contre les commémorations de l’Holocauste du gouvernement.

Szombat, le quotidien juif hongrois, a cependant publié un article affirmant que Zoltai a démissionné en raison d’irrégularités financières concernant le principal cimetière juif de Budapest, dans la rue Kozma, et d’autres affaires.

Zoltai, âgé de plus de 70 ans, était le directeur de Mazsihisz depuis le début des années 1990. Mazsihisz accuse le gouvernement de promouvoir des plans pour blanchir la Hongrie de son rôle pendant l’Holocauste.

Zoltai « et tous les survivants sont frustrés par ce qui se passe dans la vie publique, » a indiqué le président de Mazsihisz, Andras Heisler, dans une interview diffusée mercredi sur la chaîne d’actualités ATV.

Dans son interview, Heisler – un dirigeant réformiste qui a pris le pouvoir après un vote de défiance ayant joué en sa faveur – nie les accusations de Szombat contre Zoltai.

Mais une source proche des affaires internes de Mazsihisz a indiqué à JTA, sous couvert d’anonymat, que lier la démission de Zoltai au sujet des commémorations n’était qu’une manière de permettre à Zoltai de garder son honneur.

Le gouvernement du Premier ministre Viktor Orban voudrait commémorer l’invasion de la Hongrie par l’Allemagne il y a 70 ans en érigeant la statue d’un ange attaqué par un aigle. Mazsihisz et d’autres critiques accusent cette imagerie de blanchir la complicité du gouvernement hongrois pronazi dans le meurtre d’environ 586 000 Juifs pendant l’Holocauste.

Le gouvernement a sciemment ignoré les protestations de Mazsihisz contre la statue et d’autres questions. Le groupe s’est alors absenté des commémorations de l’Holocauste et de l’occupation nazie, organisées par le gouvernement.

Les employés du gouvernement ont entamé la construction du monument plus tôt dans la semaine. Le monument devrait être achevé le mois prochain.