Le président de la communauté juive de Rome a été détenu pendant une nuit par la police polonaise après avoir déclenché une alarme dans l’ancien camp de concentration d’Auschwitz.

A 23 heures mardi, Riccardo Pacifici et le célèbre journaliste italien David Parenzo ont achevé de tourner un programme en direct pour une chaîne de télévision italienne afin de marquer le 70e anniversaire de la libération du camp par les forces alliées, lorsqu’ils ont découvert qu’ils étaient enfermés à l’intérieur du camp.

L’agence de presse ANSA a annoncé que les deux, avec un autre membre de la communauté juive et deux membres de l’équipe télévision, ont passé plusieurs heures à essayer d’appeler à l’aide, et ont fini par casser une fenêtre pour s’échapper. Cela a immédiatement déclenché une alarme qui a fait venir la police sur les lieux.

Pacifici, dont le père a été tué à Auschwitz, a déclaré que la situation est devenue plus compliquée car personne ne parlait italien et ils ne parlent pas polonais, selon les informations italiennes.

Les cinq ont été interrogés par la police polonaise au camp pour quelque temps.

Ils ont ensuite été emmenés au commissariat de police pendant plusieurs heures jusqu’à ce qu’ils soient finalement libérés mercredi matin à la suite d’une intervention de l’Ambassade d’Italie en Pologne.

Pacifici a ensuite qualifié l’incident de « honteux ».