Les responsables militaires israéliens et l’Autorité palestinienne se sont mis d’accord pour qu’un médecin légiste israélien se joigne à l’équipe jordanienne qui autopsiera le Palestinien décédé suite à des heurts avec l’armée israélienne mercredi après-midi, a annoncé l’armée israélienne dans un communiqué de presse.

L’annonce est survenue au moment où un haut responsable palestinien a déclaré que l’AP mettrait un terme à la coopération sécuritaire avec Israël et recommencerait à prendre des mesures unilatérales afin d’obtenir la reconnaissance internationale à la suite de la mort de Ziad Abou Ein.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle avait également proposé aux Palestiniens de collaborer avec Israël sur une enquête commune pour éclaircir les circonstances de l’incident, selon le communiqué.

« Toutes les options sont ouvertes » à la discussion, a-t-il dit à l’ouverture d’une réunion extraordinaire des dirigeants palestiniens à Ramallah pour discuter des mesures que pourraient prendre l’Autorité après la mort de Ziad Abou Eïn.

Un certain nombre de participants pourraient réclamer la fin de la coopération sécuritaire avec Israël, avait auparavant dit à l’AFP une source proche de la direction palestinienne.

Abou Ein est décédé lors de son transfert à l’hôpital de Ramallah mercredi après avoir été frappé à la poitrine par un soldat de l’armée israélienne, indique des articles palestiniens.

L’armée israélienne a déclaré qu’elle « examine les circonstances de la participation de Ziad Abu Ein [à la manifestation], et sa mort survenue plus tard ».

Son enterrement est prévu pour jeudi, annonce le site d’informations Ynet.

Ce n’était pas clair, dans un premier temps, si un représentant palestinien assisterait à l’autopsie, et si les Palestiniens avaient accepté la proposition de collaboration de Tsahal.

La participation d’Israël à l’enquête médico-légale a été coordonnée par le coordonnateur des activités du gouvernement dans les Territoires le Maj. Gen. Yoav (Poli) Mordechai, et son homologue palestinien, Hussein Al-Cheikh, précise l’armée israélienne.