Un film documentaire montrant des images du camp d’extermination d’Auschwitz a été diffusé aux téléspectateurs iraniens, exposant nombre d’entre eux pour la première fois aux atrocités et à l’assassinat de masse commis par les nazis contre les Juifs.

Le documentaire, intitulé « Le Führer de l’Allemagne », a été diffusé le jour de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, par Manoto1, une station de télévision par satellite basée à Londres, et a été tourné par une équipe de film iranienne qui a visité le site.

Le film décrit la montée au pouvoir des nazis en Europe et examine les étapes menant à l’exécution de la Solution finale, – l’extermination des Juifs.

La projection du film a coïncidé avec la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, marquant les 70 ans de la libération du camp par l’armée soviétique.

La possession d’une antenne parabolique dans la République islamique est interdite par le gouvernement, et pourtant, le documentaire aurait été vu par de nombreux Iraniens.

On ignore dans quelle mesure le film a réussi à changer l’opinion profondément enracinée de nombreux Iraniens, selon laquelle la Shoah a été fabriquée ou perpétrée par le peuple juif comme un moyen visant à recueillir de la sympathie à travers le monde.

« Tous ces crimes ont été commis par les Juifs eux-mêmes dans le but d’atteindre leurs réels objectifs, » a écrit un téléspectateur sur Facebook, selon le Times de Londres.

Pourtant, la projection du film a réussi à susciter un débat en ligne animé en Iran, où certains ont établi des parallèles entre les nazis et leur chef Adolf Hitler, et les chefs de la République islamique.

« Nous sommes piétinés sous les bottes des pairs de Hitler aujourd’hui. Au moins Hitler voulait améliorer la vie de ses propres citoyens, mais ces gens au pouvoir en Iran aujourd’hui veulent tout pour eux-mêmes », aurait écrit un téléspectateur selon le Times.

La négation de l’Holocauste est répandue en Iran et est souvent renforcée par les dirigeants du pays, notamment par l’ancien président Mahmoud Ahmadinejad, qui qualifiaient l’Holocauste de « pure fiction ».

Toutefois, l’actuel président iranien, Hassan Rouhani, a publiquement reconnu l’Holocauste.

« Tout crime perpétré contre l’humanité dans l’Histoire, y compris le crime commis par les nazis envers les Juifs ainsi que les non-Juifs, est répréhensible et condamnable », avait déclaré Rouhani à CNN en septembre 2013.