Eliezer Sandberg, ancien ministre des Sciences en 2003 et des Infrastructures en 2004, a été interrogé et sa garde à vue a été prolongée jusqu’à mercredi, selon la police.

La police israélienne a annoncé lundi avoir arrêté un ancien ministre et un haut conseiller soupçonnés d’être impliqués dans une affaire de corruption présumée liée à l’achat de trois sous-marins allemands par l’Etat hébreu.

Eliezer (Modi) Sandberg, qui a brièvement été ministre des Sciences et de la Technologie, et ministre de l’Infrastructure nationale en 2003 et 2004, a été interrogé par l’unité anti-corruption Lahav 433 à Lod lundi matin, avant d’être officiellement arrêté pour soupçon de fraude, d’abus de pouvoir et de conspiration en vue de commettre un crime.

Son identité, initialement protégée par ordonnance du tribunal, a été révélée par la Cour des Magistrats de Rishon Lezion durant sa garde à vue lundi soir.

Actuellement président du Keren HaYessod et associé dans la firme d’investissement H2 Technology, Sandberg avait été élu à la Knesset en 1992, et a été député pendant 14 ans pour les anciens partis Tzomet et Shinui.

Rami Tayeb, un conseiller du ministre de l’Energie Youval Steinitz a également été arrêté et interrogé lundi selon la police. Sa garde a vue a également été prolongée jusqu’à mercredi.

Un troisième suspect, présenté comme un ancien haut responsable du Conseil de sécurité nationale a été interrogé dans le cadre de cette même affaire qui secoue Israël depuis plusieurs mois.

Dimanche, la police avait annoncé l’arrestation de six personnes parmi lesquelles David Sharan, un ancien chef du bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu, ainsi que l’ancien commandant de la marine, l’amiral de réserve Eliezer Marom, soupçonnées d’être impliquées dans la même affaire.

David Sharan, directeur de cabinet sortant du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

David Sharan, directeur de cabinet sortant du Premier ministre Benjamin Netanyahu. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

L’Allemagne a reporté en juillet la signature d’un accord pour la vente de trois sous-marins Dolphin du géant industriel ThyssenKrupp à Israël, selon un responsable israélien. Cette décision intervenait après l’arrestation de plusieurs personnes soupçonnées notamment de corruption et de blanchiment d’argent autour de la transaction.

Des responsables israéliens ont assuré que l’Allemagne ne s’était pas retirée de l’accord, mais attendait les résultats de l’enquête.

Le ministère israélien de la Justice avait annoncé en février l’ouverture d’une enquête sur cette affaire, soulignant que M. Netanyahu lui-même n’était pas considéré comme suspect.

Les sous-marins allemands commandés par Israël sont susceptibles d’être équipés de missiles nucléaires et destinés avant tout à des missions d’espionnage au large des côtes iraniennes ou à des attaques en cas de guerre nucléaire entre les deux pays, selon des experts militaires étrangers.