Un extrémiste juif condamné à des travaux d’intérêt général pour l’attaque d’un rabbin
Rechercher

Un extrémiste juif condamné à des travaux d’intérêt général pour l’attaque d’un rabbin

La juge a rejeté les recommandations du procureur, qui préconisait 6 mois de prison pour avoir attaqué le chef de Rabbis for Human Rights Arik Ascherman, qui a lui-même appelé à l'indulgence

Jacob Magid est le correspondant implantations du Times of Israël

Un extrémiste de droite masqué attaque Arik Ascherman, chef de l'ONG Rabbis for Human Rights. (Crédit : capture d'écran Youtube)
Un extrémiste de droite masqué attaque Arik Ascherman, chef de l'ONG Rabbis for Human Rights. (Crédit : capture d'écran Youtube)

Un adolescent originaire des implantations avait été filmé pendant qu’il attaquait un éminent militant israélien armé d’un couteau. Il a été condamné à 150 heures de travaux d’intérêts généraux dimanche.

La cour des Magistrats de Petah Tikva a statué contre la recommandation plus sévère du bureau du Procureur d’État, qui préconisait 6 mois de réclusion criminelle pour le résident d’Itamar qui avait battu et tenté de poignarder Arik Ascherman, alors chef du groupe Rabbis for Human Rights.

Ascherman n’avait pas été sérieusement blessé dans l’attaque d’octobre 2015, qui s’est déroulée pendant qu’il accompagnait des villageois palestiniens vers leurs champs pour récolter des olives près de Naplouse.

Dans le cadre de sa négociation de peine, l’assaillant a admis avoir attaqué Ascherman, qui dirige désormais le groupe de défense Torah of Justice. L’adolescent a également été condamné à verser 5 000 shekels de dommages et intérêts à sa victime.

Le rabbin Arik Ascherman à Susya, le 19 Juillet 2015 (Crédit : Elhanan Miller / Times of Israel)

La juge Sharon Halevi a déclaré avoir pris en considération le fait que l’assaillant avait 17 ans au moment des faits, et a ajouté qu’elle ne voulait pas l’empêcher d’effectuer son service militaire en lui infligeant une condamnation pénale.

Le nom de l’assaillant n’a pas été divulgué, en vertu des lois sur la protection des mineurs.

Halevi a fait remarquer l’impact qu’à eu sur l’assaillant le meurtre du rabbin Ehud Fogel, de son épouse Ruth, et de trois de leurs six enfants en 2011.

L’avocat de l’accusé, Itamar Ben-Gvir, a soutenu que son client avait vu un groupe de Palestiniens et de militants israéliens s’approcher de l’implantation d’Itamar le jour du meurtre familial des gel, et cette apparition, 4 ans plus tard, l’aurait perturbé.

De son côté, Ascherman avait demandé à la cour de ne pas condamner son attaquant à une peine de prison, mais avait souhaité organiser une rencontre pour « confronter les points de vue ».

La juge a souligné la sévérité du crime, mais a écrit que la nécessité de « réhabiliter » l’accusé avait supplanté le besoin de sanction.

Ben Gvir a salué ce verdict dimanche dans un communiqué. « C’est une bonne chose que la Cour ne se soit pas conformée à la recommandation du bureau du Procureur. C’est une sanction juste et appropriée pour un jeune qui est sur le point d’entamer son service militaire au sein de l’armée israélienne. »

L’avocat Itamar Ben Gvir, de l’association d’aide juridique Honenu pendant une conférence de presse à Jérusalem sur la détention de jeunes juifs dans le cadre de l’enquête sur l’attaque terroriste de Duma, le 17 décembre 2015. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Ben Gvir a ajouté qu’Ascherman et les Palestiniens s’étaient rapprochés d’Itamar pour « provoquer » les résidents.

La récolte palestinienne le jour de l’incident avait été accompagnée des policiers israéliens pour la protéger. Selon une décision de justice de 2006, Israël doit protéger les récoltes palestiniennes contre des attaques.

Mais peu de temps après que les villageois et les forces de sécurité ont quitté les lieux, Ascherman a essayé de s’approcher pour filmer des Israéliens qui apparemment mettaient le feu à un bosquet à proximité lorsqu’un suspect masqué se précipita vers lui.

Une vidéo filmée par l’ONG Rabbis for Human Rights montre Ascherman se bagarrant pendant environ une minute avec l’homme armé d’un couteau. Le rabbin s’est cassé un doigt et a été contusionné dans l’attaque.

Dans un entretien avec le Times of Israel à l’issue du verdict, Ascherman a expliqué pourquoi il a souhaité que son assaillant soit jugé avec indulgence. « Si je me préoccupe de l’image de Dieu présente dans chaque être humain, cela comprend aussi ceux qui m’ont fait du mal, ou ceux qui pensent différemment de moi. »

« Je souhaite que mon attaquant continue à progresser et réussisse à être réhabilité, et à mener une vie productive et enrichissante », a-t-il ajouté.

Deux semaines après l’incident, Ascherman a déclaré à The Associated Press que l’attaque lui a montré à quel point les extrémistes juifs sont rarement interpellés ou traduits en justice, et ne craignent pas de répéter leurs attaques. « Nous avons créé… un monstre Frankenstein qui s’est retourné contre son créateur », a-t-il dit. Les résidents des implantations extrémistes « pensent qu’ils sont les seigneurs de la terre ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...