Un homme de 42 ans a été soumis à une amende et à une peine de prison avec sursis pour avoir fait le geste de la quenelle devant une plaque commémorative de l’Holocauste d’une synagogue française.

Le Tribunal correctionnel de Colmar au nord-est de la France a condamné la semaine dernière l’homme, resté anonyme dans les rapports des médias, à trois mois de prison, qui deviendront fermes s’il était reconnu coupable d’une infraction similaire. Il devait également payer une amende de 1 300 dollars, selon le quotidien L’Alsace.

L’accusé a posté sur les réseaux sociaux une photo de lui et son fils faisant la quenelle en face d’une plaque commémorative pour les victimes juives de l’Holocauste, située à l’entrée de la synagogue de Colmar.

La quenelle, un bras plié au-dessus de la poitrine tandis que l’un pointant vers le bas, est inspirée de Dieudonné M’bala M’bala, qui a à son actif plusieurs condamnations pour incitation à la haine contre les Juifs.

Le Premier ministre français Manuel Valls a qualifié la quenelle de « geste antisémite de haine » et Roger Cukierman, président du groupe de coordination des communautés juives, le CRIF, a déclaré qu’il s’agissait d’un « salut nazi inversé », ajoutant toutefois qu’il véhiculait un message antisémite uniquement lorsqu’il était effectué dans un contexte juif.

Dieudonné maintient que la quenelle est un geste de défi contre le système et ne comporte pas de caractère antisémite.

Par ailleurs, le député-maire de Drancy, Christophe Lagarde, a déposé une plainte à la police contre un autre homme qui a posé avec sa famille faisant la quenelle en face du mémorial de l’Holocauste, selon un rapport publié par l’organisme de lutte contre l’antisémitisme, BNVCA.

Plusieurs personnes ont été reconnues coupables d’incitation à la haine raciale pour avoir diffusé des photos d’elles-mêmes faisant la quenelle.