Alors que les combats persistent entre Israël et Gaza et que le conflit entre dans son cinquantième jour, un général américain à la retraite, John Allen, doit rencontrer des responsables israéliens mardi pour discuter de la possibilité de reprendre les pourparlers de paix quand l’opération à Gaza prendra fin.

John Allen, un marine quatre-étoiles et un ancien commandant des forces américaines en Afghanistan, sont arrivés à l’improviste lundi soir, selon Israel Radio.

Il était impliqué dans le projet proposé par les Américains sur les mesures de sécurité relatives à la vallée du Jourdain et qui aurait été rejeté par Israël et l’Autorité palestinienne.

Sa visite survient au moment où les négociateurs égyptiens et palestiniens affirment que les parties travaillent pour obtenir un cessez-le-feu et mettre fin à près de deux mois de combats entre Israël et le Hamas.

Le porte-parole du Hamas, Sami Abu Zuhri, a affirmé lundi soir que le groupe islamiste a admis qu’il y a eu des contacts pour obtenir une trêve entre Israël et les factions palestiniennes et que « les efforts progressent plus que par le passé, mais nous n’avons pas reçu de réponse concrète d’Israël ».

« Nous sommes prêts à discuter lors d’une étape ultérieure des différentes questions controversées : le port, les prisonniers et l’aéroport », a-t-il indiqué. « Ce qui est important dans cette étape, c’est de mettre fin à l’agression israélienne, la réouverture des passages [transfrontaliers] et reconstruire la bande de Gaza ».

Zuhri n’a fait aucune référence à la levée du blocus qui a été le point le plus controversé pendant les négociations. Le Hamas exige un accord pour la levée du blocus en contrepartie d’un cessez-le-feu alors que la proposition égyptienne, soutenue par Israël, appelle à une accalmie et ensuite à une négociation concernant ces problèmes majeurs.

Israël n’a fait aucune déclaration ni publié aucune information sur les négociations de cessez-le-feu. Dans le passé, les responsables de Jérusalem avaient affirmé qu’Israël ne négocierait que si les tirs de roquettes s’arrêtaient dans le cadre d’une trêve.

Les tirs de roquettes ont continué mardi matin. Il y a eu quelques blessés légers après qu’une roquette a touché une maison dans la ville du sud d’Ashkelon.

Plus tôt dans la matinée, le Hamas a annoncé avoir tiré une pluie de roquettes dont quatre sur Tel Aviv et une sur Haïfa. Le groupe terroriste a indiqué que ces roquettes ont été tirées en représailles aux frappes nocturnes qui ont visé une tour située dans la ville de Gaza, tuant 2 personnes et en en blessant 20.

L’armée a indiqué qu’une roquette a été interceptée sur Tel Aviv par le système de défense antimissile Dôme de fer.

Les Etats-Unis ont présenté un projet de résolution au Conseil de sécurité de l’ONU pour un cessez-le-feu entre Israël, le Hamas et les autres groupes terroristes de Gaza, selon Reuters lundi. Ils travaillent aussi avec un autre Etat sur un autre texte.

Les responsables américains et les diplomates de l’ONU indiquent que le projet de résolution a été présenté à différents pays et qu’il fait suite à un autre texte proposé par la Jordanie et un autre corédigé avec la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne.

« Les Etats-Unis ont rédigé leur propre projet », explique un diplomate de l’ONU à Reuters, qui souhaite rester anonyme. « Il [ce texte] est assez différent des deux autres. Maintenant, ils travaillent pour combiner les projets et créer un texte en commun ».

« Nous allons travailler pour faire un seul projet », affirme un autre diplomate de l’ONU à Reuters. « Ce qui est important, c’est que les Américains s’impliquent et qu’il y ait un nouvel élan qui pousse à une résolution sur un cessez-le-feu au Conseil de sécurité qui serait préférable aux autres ».

Les diplomates de l’ONU affirment que les Etats-Unis et Israël sont de plus en plus ouverts à l’idée d’une résolution du Conseil de sécurité sur un cessez-le-feu.

Le Hamas a tiré presque 4 000 roquettes sur Israël ces derniers 50 jours, dont 600 depuis les environs d’écoles, de mosquées ou d’autres immeubles civils, indique l’armée israélienne.

Plus de 2 000 personnes ont été tuées à Gaza pendant la campagne d’Israël qui tente de contrecarrer les attaques de roquettes et détruire le réseau des tunnels creusés par le Hamas sous la frontière.

Un groupe de défense des droits de l’Homme de Gaza, contrôlée par le Hamas, affirme que 70 % de ceux qui ont été tués étaient des civils, Israël affirme que 750 à 1 000 de ces victimes étaient des membres du Hamas ou d’autres hommes armés.

Israël accuse le Hamas d’être responsable des pertes civiles, car il a mis en place ses lance-roquettes et procédé à des ouvertures de tunnels et d’autres éléments de sa machine de guerre dans des quartiers résidentiels de Gaza remplis d’habitants et utilisé les Gazaouis comme boucliers humains.

Soixante-huit personnes ont été tuées côté israélien : 64 soldats et 4 civils, et plus récemment un petit garçon de 4 ans tué par des obus de mortier vendredi.