Israël aurait dû attaquer plus tôt les tunnels transfrontaliers de Gaza, a déclaré un important général à la retraite, appelé en renfort d’urgence comme commandant adjoint de la région du Sud pendant l’opération Bordure protectrice.

Yom-Tov Samia, qui, pendant son service actif a servi comme commandant de la région Sud, a déclaré à l’émission Rencontre avec la presse sur la Deuxième chaîne samedi que « les tunnels auraient dû être traités avant l’opération ».

« L’échelon politique aurait dû permettre à l’armée israélienne de gérer les tunnels sur une base régulière, de l’autre côté de la frontière, et de lancer une opération préventive, indépendamment des tirs de roquettes et de l’enlèvement et de l’assassinat des trois jeunes. »
Malgré ses critiques sur le timing, Samia, qui a écrit sur l’utilisation par le Hamas des tunnels de contrebande d’armes dans la bande de Gaza, a félicité la performance de l’armée et du gouvernement lors de l’opération Bordure protectrice.

« Le public israélien n’est pas entièrement au courant du coup encaissé par le Hamas pendant cette opération », a-t-il dit. « Le Hamas acceptera des accords qu’il a toujours rejetés par le passé, et ce n’est pas un hasard : les dommages causés à ses tunnels sont un coup mortel. »
Samia a salué le Premier ministre Benjamin Netanyahu, fustigé par des membres faucons de sa coalition lors de l’opération pour n’avoir pas défini clairement ses objectifs.
« Les instructions du Premier ministre à l’armée israélienne concernant les tunnels étaient plus clairs que jamais », a-t-il dit. « C’est la première fois que l’armée israélienne a fourni des définitions tangibles. »

« Tous les tunnels en notre connaissance ont été traités, et ce n’est pas à moi de dire s’il en reste. »

Samia met en garde contre tout accord avec le Hamas qui permettrait à l’organisation de creuser de nouveaux tunnels vers Israël. « Si l’on découvrait d’autres tunnels, » a-t-il ajouté, « l’échelon politique devrait permettre à Tsahal de les traiter ».