« Un gouvernement d’union nationale sera formé en moins de trois semaines », a déclaré samedi un porte-parole de l’OLP (Organisation de Libération de la Palestine).

Fawzi Abu Eita a affirmé à l’agence de presse Maan qu’un gouvernement d’union nationale serait mis en place avant la date butoir prévue dans les cinq semaines par les deux parties, l’OLP (pour l’Autorité palestinienne) qui dirige la Cisjordanie, et le Hamas, qui gouverne Gaza.

Presque deux semaines se sont écoulées depuis que les deux factions ont enterré la hache de guerre, le 23 avril, au cours d’un accord qui a scellé la fin de sept ans de désaccords.

Depuis lors, plusieurs indicateurs montraient le réchauffement des liens entre les deux parties, comme la décision par le Hamas d’accepter la distribution à Gaza des journaux imprimés en Cisjordanie, et conjointement celle de l’Autorité palestinienne de permettre au journal du Hamas d’être à la fois présent en Cisjordanie et à Jérusalem Est.

Les membres des deux organisations avaient annoncé l’accord au cours d’une conférence de presse à Gaza suivant deux jours de négociations le mois dernier.

L’accord prévoit qu’un gouvernement d’union nationale sera formé dans les cinq prochaines semaines.

Mais ainsi que pour la présidence, des élections seraient mises en place dans les six mois, le temps que la coalition prenne forme, avait estimé à l’époque le Premier ministre du Hamas, Ismaël Haniyeh.

L’accord prévoit aussi que les deux parties échangeront des prisonniers.
Abu Eita a affirmé que l’OLP et le Hamas auraient besoin de moins de trois semaines pour finaliser un accord de gouvernement.

Et dans ce but, Abu Eita a déclaré qu’un membre officiel du Fatah (faction principale de l’OLP), Azzam al-Ahmad, visiterait la bande de Gaza dans les prochaines semaines pour faire évoluer les pourparlers entre les deux organisations.

Au mois d’avril, Azzam, figure majeure dans l’organigramme du Fatah de Mahmoud Abbas, a déclaré qu’il souhaitait que l’accord soit « un vrai début et un vrai partenariat ».

« Nous avons fait de ce rêve palestinien une réalité moyennant quoi nos désaccords ont été enterrés. Nous sommes donc de nouveau réunis », a-t-il affirmé, évoquant dans cet accord à la fois « une responsabilité nationale et un devoir ».

Les relations entre le Hamas et l’OLP dominée par le Fatah ont été à couteaux tirés depuis 2007, moment où le Hamas, organisation islamique terroriste, s’est emparé de Gaza, laissant à Mahmoud Abbas une autorité diminuée sur la Cisjordanie.

Les deux parties sont restées ancrées sur leurs territoires respectifs.

En particulier le Hamas, qui a utilisé sa domination à Gaza pour envoyer des milliers de roquettes sur Israël pendant des années, provoquant deux offensives israéliennes d’envergure.

Ce n’est pas la première fois qu’un gouvernement d’union nationale est annoncé par les factions rivales, et au cours des différentes occasions, ces tentatives ont toutes tourné cours.