Jeudi, la police a arrêté un grand avocat qui aurait vendu à des suspects criminels des informations intéressant leur litige pour des centaines de milliers de dollars. L’avocat Ronel Fisher, dont le nom a été rendu public dimanche, est aussi suspecté d’avoir transféré de l’argent à des officiers de police en échange de l’arrêt des enquêtes sur ses clients.

Un représentant de la police qui faisait l’intermédiaire entre l’avocat, la police et les suspects criminels a été également arrêté.

Fisher a été arrêté dans une opération d’infiltration après avoir réceptionné une mallette contenant 150 000 shekels (un peu plus de
32 000 €) par Alon Hassan, le dirigeant syndical du port d’Ashdod. Hassan, qui fait l’objet d’une enquête pour son rôle présumé dans le réseau de corruption du port, a collaboré avec la police durant l’opération d’infiltration. Toutes les factures ont été marquées par la police.

Hassan a été arrêté en mai, avec 14 autres suspects, durant un raid de la police sur le port d’Ashdod. Les autorités ont affirmé que leur enquête avait révélé un réseau suspect de travailleurs du port qui utiliseraient leur influence pour obtenir des contrats portuaires pour des entreprises privées contrôlées par des collaborateurs, qui à leur tour, reverseraient une part de leurs bénéfices aux travailleurs.

Les suspects ont été arrêtés pour diverses infractions comprenant l’abus de pouvoir, la corruption, l’abus de confiance, l’extorsion, la fraude et le blanchiment d’argent.

Les arrestations sont le résultat d’une opération d’infiltration conduite tout le long de l’année.

Hassan a clamé durant son enquête qu’il avait été approché par l’avocat avant les arrestations. L’avocat a dit à Hassan qu’il pouvait « aider à faire disparaître tous tes problèmes », selon un rapport du site d’information Ynet. Il a ensuite informé Hassan qu’une enquête de police sur les ports aurait lieu et a exigé des pots-de-vin en échange de plus de détails. L’avocat a ensuite notifié Hassan de son arrestation imminente.

Hassan a décidé de collaborer avec l’unité d’enquêtes spéciales Lahav 443 de la police après avoir soupçonné que l’avocat, à part lui offrir des renseignements, distribuait à la police des preuves incriminantes contre lui, afin peut-être de recevoir des pots-de-vin supplémentaires à l’avenir.

Fisher aurait confessé avoir des liens étroits avec nombre d’officiers de police haut-placés, ayant dans le passé représenté certains d’entre eux devant le tribunal. Cependant, il n’est toujours pas clair si l’avocat a déjà reçu des pots-de-vin d’un de ces officiers de police.

Yohanan Danino, commissaire de la police, a rejeté les allégations de corruption généralisée à l’ensemble de la police, affirmant qu’il n’était pas concerné par l’enquête.

« Je recommande à chacun, sans exception, de ne pas être ému par les titres chocs mais plutôt d’attendre les éléments de l’enquête », a affirmé Danino. « Il y aura un large fossé à mon avis entre les gros-titres et les résultats de l’enquête ».

Cependant, le ministre de la sécurité intérieure Yitzhak Aharonovitch a affirmé qu’ « il n’y a pas d’alternative pour les hauts-fonctionnaires du corps (la police) que de tirer des conclusions sérieuses de cette
affaire », a rapporté la Dixième chaine.