Le mouvement religieux des jeunes sionistes Ariel a appelé ses membres à participer à une lutte non violente contre l’évacuation de l’avant-poste d’Amona en Cisjordanie, qui est prévue le 25 décembre au plus tard suite à une décision de la Haute Cour de justice.

« [Le mouvement] ne peut pas garder le silence alors que la destruction d’une implantation dans la terre d’Israël a lieu. C’est notre droit et notre devoir de sauvegarder notre pays, notre voie et notre foi », peut-on lire dans une déclaration du mouvement.

« Chacun devrait choisir la forme de lutte qui lui convient. Évidemment, il ne faut pas protester violemment ni violer la loi », a conclu le communiqué.

Jeudi, un courriel rédigé par la campagne contre la démolition d’Amona a été envoyé en invitant des gens de partout dans le pays à venir à l’avant-poste pour aider à empêcher son évacuation.

Il semblerait que pour imputer un sentiment d’urgence, le courriel a suggéré que l’évacuation aurait lieu ce samedi, le 11 décembre, deux semaines avant la date fixée par la Haute Cour.

Le courrier électronique comprenait une invitation avec des instructions pour apporter des vêtements chauds, un sac de couchage, une tente, du papier toilette, un appareil photo et de la nourriture.

Des centaines de soldats israéliens et d’agents de la police des frontières ont participé, au cours de la semaine passée, à un exercice d’entraînement dans une base de l’armée dans le sud d’Israël avant l’évacuation d’Amona.

Les troupes et les officiers se sont entrainés également pour un éventuel besoin d’installer un cordon de sécurité autour de l’avant-poste illégal pour assurer l’évacuation.