Un groupe inconnu appelle dimanche les députés à soutenir l’ancien ministre de la Défense Likud, âgé de 88 ans, Moshé Arens, pour succéder à Shimon Peres à la présidence.

En gros titre du quotidien Haaretz, le groupe, qui se fait appeler la « Nouvelle association pour un avenir meilleur », déclare : « la responsabilité nationale » dicte qu’ « un grand et honnête homme » soit élu dixième président d’Israël.

Se qualifiant de « groupe de citoyens israéliens » à la recherche d’un « candidat digne », l’association défend Arens comme « l’homme le mieux adapté à diriger le pays en cette heure critique ».

Arens, né en Lituanie et élevé aux États-Unis, a occupé les fonctions de ministre de la Défense, de ministre des Affaires étrangères et d’ambassadeur à Washington dans sa longue carrière dans la fonction publique.

Il a joué un rôle crucial dans l’entrée en politique de Benjamin Netanyahu, qu’il a embauché pendant son mandat d’ambassadeur d’Israël aux Etats-Unis en 1982.

Ingénieur aéronautique de formation et professeur au Technion, il n’avait jamais jusque-là manifesté d’intérêt pour la présidence.

« Le Pr Moshe Arens, qui a reçu le Prix de la Défense d’Israël, a servi le pays dans le cadre de ses importantes fonctions : ministre des Affaires étrangères, ministre de la Défense, ambassadeur d’Israël à Washington et membre de la Knesset.

Il ne ressemble à personne d’autre, et fait preuve d’une compréhension profonde des défis auxquels fait face Israël », disait l’annonce.

Arens y est décrit comme « un homme de principe, fort d’une longue expérience politique, un homme à l’écoute des préoccupations du peuple, un homme doté d’un rare talent oratoire et un fonctionnaire exemplaire. »

Le groupe a ajouté qu’en tant que président, Arens dirigerait son bureau en toute transparence.

Tandis que la course à la présidence s’est accélérée ces dernières semaines, avec les candidats en quête du soutien des membres de la Knesset, Netanyahu ne s’est pas encore prononcé sur son favori.

Si le nom d’Arens a été ébruité dans la presse comme candidat potentiel à la présidentielle, le préposé n’a pas fait de déclaration officielle.