Le parlementaire allemand Joachim Stamp avance une théorie glaçante sur les meurtres en série au Bosphore, dans lesquels le groupe néonazi allemand Nationalsozialistischer Untergrund (NSU) a tué neuf hommes d’affaires, huit Turcs et un Grec, de 2000 à 2006, selon le site de presse britannique Mail Online.

Le groupe a également tué un policier allemand en 2007, mais on ignore si ce crime est lié aux meurtres en série.

Il avait été rapporté que le NSU avait choisi les lieux de ses attaques au hasard. Mais Joachim Stamp, du Parti libéral-démocrate, membre de la commission parlementaire enquêtant sur les meurtres, estime que le NSU a choisi les emplacements délibérément pour tracer le logo du groupe sur une carte.

« Tout cela ne peut être une simple coïncidence », a déclaré Stamp. « Mais les lieux où ces crimes ont été commis dessinent parfaitement le logo. »

Selon un rapport publié dans The Guardian, le logo, des lettres roses sur fond noir, apparaît dans des films dans lesquels le parti NSU revendique les meurtres, annonçant qu’il ferait « le tour de l’Allemagne ».

Stamp admet que sa théorie n’est pas irréfutable, aucun meurtre n’ayant été commis à Berlin ou à Magdebourg, ce qui aurait permis de relier l’Allemagne de l’Est et la ville de Kassel dans la partie occidentale du pays, a rapporté The Guardian. « Cela pourrait être tout simplement une pure coïncidence», dit-il. « Mais il se pourrait aussi que dans la zone du point manquant, un crime a été commis qui n’a pas encore été imputé au NSU. »

Beate Zschaepe, la seule survivante du NSU, est restée muette lors de son procès, en cours depuis plus de 200 jours. Quatre autres partisans du NSU sont en procès avec elle.

Les deux autres principaux membres du groupe, Uwe Mundlos et Uwe Boenhardt, se sont suicidés par balle dans un mobile home, après un braquage de banque échoué en novembre 2011. Le mobile home a été incendié, peut-être pour détruire les preuves. Leur maison sécuritaire a également été incendiée, apparemment par Zschaepe, qui s’est plus tard rendue à la police.

La police a appris l’existence du NSU lorsque le pistolet utilisé dans les dix meurtres a été trouvé dans les ruines du mobile home, avec une vidéo dans laquelle les membres du NSU revendiquent les meurtres et se moquent de leurs victimes et des enquêteurs, selon The Guardian.

Le groupe néonazi a également créé un jeu de société qu’ils ont nommé « Pogromoly », dans lequel le joueur qui envoie le plus de Juifs aux chambres à gaz gagne.