Un groupe peu connu de Gaza a revendiqué la responsabilité vendredi de deux tirs de roquettes depuis l’enclave palestinienne, dans la soirée de jeudi, qui sont tombées avant la barrière de la frontière, au sein du territoire tenu par le Hamas.

Sur sa page Facebook, le bras armé d’un groupe dissident du Fatah appelé Fatah al-Intifadah explique avoir lancé les roquettes sur la région d’Eshkol dans le sud d’Israël. Elles auraient été tirées depuis la région de Khan Younis, dans le sud de Gaza.

« Une escalade aura lieu ces prochains jours contre l’entité sioniste », ont fait savoir les Brigades al-Asafa dans leur déclaration.

Le Fatah al-Intifadah s’était séparé du Fatah au début des années 1980 en raison de la décision prise par le groupe de s’impliquer dans la guerre civile libanaise. Ses partisans se trouvent en premier lieu dans les camps de réfugiés palestiniens en Syrie et au Liban. Il a eu peu d’influence sur les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza depuis les Accords d’Oslo.

Les sirènes d’alerte n’ont pas retenti lors de cet incident, les roquettes n’ayant pas menacé une zone israélienne peuplée.

Ces dernières semaines, il y a eu une recrudescence de tirs sporadiques de roquettes, qui ont été dans leur majorité attribués à des groupes salafistes qui cherchent à défier la gouvernance du Hamas à Gaza, entraînant des tensions qui ne cessent constamment d’augmenter.

Le 1er mars, un projectile s’est écrasé dans un champ ouvert au sud de la ville côtière d’Ashkelon. Aucun blessé n’est à déplorer et il n’y a pas eu de dégâts.

Au début de la semaine, une roquette a été lancée depuis Gaza en direction de la région de Shaar Hanegev, qui a achevé sa course dans un champ ouvert.

Quelques heures après, les forces aériennes israéliennes ont bombardé des cibles multiples à Gaza.

Frappes aériennes israéliennes sur une position du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, après un tir de roquette contre Israël, le 6 février 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Frappes aériennes israéliennes sur une position du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, après un tir de roquette contre Israël, le 6 février 2017. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Mercredi, les troupes israéliennes ont démantelé deux engins explosifs artisanaux plantés le long de la barrière de la frontière avec Gaza. Les Gazaouis ont prétendu qu’un homme avait été blessé par un tir de blindé israélien durant l’incident.

Les responsables israéliens ont promis de répondre énergiquement à toute attaque provenant de la Bande de Gaza, visant en général des postes appartenant au groupe terroriste du Hamas.

La plupart des tirs de roquette depuis la guerre de 2014 ont été effectués par des groupes salafistes radicaux, et non par le Hamas. Toutefois, Israël tient le Hamas – un groupe terroriste sunnite à la tête de l’enclave côtière depuis une décennie – comme responsable de tous les tirs de roquette en provenance de la Bande de Gaza.