Les hackathons sont une excellente occasion pour les programmeurs de rencontrer d’autres personnes qui partagent le même esprit et de montrer leur talent en développant un logiciel ou un produit fou.

Ils sont aussi un lieu pour attirer l’attention des professionnels de l’industrie et les sociétés organisatrices de l’événement – qui peut être une occasion de se voir proposer un emploi ou un financement pour continuer à travailler sur leur projet et un accord pour le commercialiser ensuite.

Mais pour un groupe de personnes en particulier – les Juifs pratiquants qui observent le Shabbat – les hackathons sont souvent hors-limites, selon l’étudiant Akiva Futter de l’université du Maryland.

« Presque tous les hackathons, à la fois aux Etats-Unis et en Israël, ont lieu le week-end, ce qui inclut le Shabbat », a déclaré Futter. « C’est un peu injuste, nous avons décidé de lancer un Hackathon pour les étudiants pratiquants qui observent le Shabbat et qui veulent s’adonner au plaisir du piratage ».

Un groupe appelé JHacks dirigé par Futter a organisé son premier hackathon à l’université du Maryland, qui a attiré 170 étudiants de 21 universités à travers les Etats-Unis – et même des représentants d’Israël – pour le plus important hackathon du monde pour les « Shomer Shabbat » (ceux qui observent le Shabbat).

L’événement a eu lieu du 12 au 14 février sur le campus de l’université du College Park, dans le Maryland. Les étudiants sont restés tout le week-end dans les logements mis à disposition par le campus et ont profité d’un « Shabbat social » avec des services (orthodoxes et conservateurs), de la nourriture, des conférences sur la Torah, et une occasion de se réunir entre amis, anciens et nouveaux. Samedi soir, lorsque le Shabbat s’est terminé, ils sont entrés directement dans le hackathon en lui-même.

L’événement était ouvert à tous les étudiants mais de par sa nature, il a attiré des étudiants juifs pour la majorité, a déclaré Futter.

Un étudiant en informatique en dernière année à l’université du Maryland, Futter est également resté actif dans les événements et les organisations pour les étudiants juifs sur le campus. Il a été en Israël à plusieurs reprises en 2014, il a assisté au hackathon Israel Tech Challenge de Jérusalem, pour développer une application appelée Notifi, qui détermine votre emplacement et vérifie les messages sur Twitter pour déterminer ce qui se passe aux alentours.

« Le principe est que quand il y a un incident sécuritaire – une manifestation, un vol, un incendie, etc… – les gens tweetent à ce sujet en temps réel », a déclaré Futter.

« Plus de 60 % des tweets comprennent des informations sur la géolocalisation. Nous coordonnons cette information avec l’analyse des sentiments pour déterminer la gravité d’une situation, et envoyer des avertissements appropriés aux utilisateurs. L’application pourrait fonctionner très bien en Israël ou ailleurs ».

Deux ans plus tard, Futter a organisé son propre hackathon pour les Juifs pratiquants comme lui.

« J’ai eu l’idée l’année dernière à un petit événement organisé par l’université Yeshiva et j’ai décidé que l’heure était venue pour un événement de masse. L’université du Maryland a une très grande communauté juive très active – il y a quelque 7 000 Juifs ici sur 26 000 élèves – du coup on s’est dit ‘pourquoi pas’. Nous avons trouvé quelques sponsors, fait un peu de publicité sur les médias sociaux et d’un coup nous avions des dizaines de personnes d’ici et des personnes d’aussi loin que l’Arizona et le Canada, ainsi qu’un étudiant du Technion ».

Les participants au Hackathon à une conférence à l'université du Maryland, du 12 au 14 février (Crédit : Autorisation)

Les participants au Hackathon à une conférence à l’université du Maryland, du 12 au 14 février (Crédit : Autorisation)

Parmi les sponsors, il y avait des entreprises comme Wal-Mart et Google, ainsi que des fondations privées (comme celle de la famille Elspas, la famille Goldschag, et les fondations Rosenthal Family) et des organisations (comme Maryland Hillel, Israel Tech Challenge).

Les prix ​pour les gagnants ont inclus des drones, des tablettes, des ordinateurs, des cartes-cadeaux d’Amazon – et l’occasion de présenter leur technologie à des experts aux firmes en cybersécurité Cipher Tech Solutions, Walmart technologie, et autres.

Akiva Futter (Crédit : Autorisation)

Akiva Futter (Crédit : Autorisation)

Le gagnant, a annoncé dimanche soir après 24 heures de hackathon, était une application créée par les étudiants Ephraim Rothchild et Akash Magoon de l’université du Maryland appelée Intelliflight, une application qui donne des recommandations grâce à des données enregistrées sur des vols pour une expérience de vol la plus agréable – qui fait la comparaison entre le coût et le confort – pour avoir le meilleur « confort  » en fonction du budget d’un voyageur.

Dans l’événement de cette année, les participants étaient libres de choisir leur sujet mais dans les prochaines années, Futter espère qu’il y aura un thème spécifique à l’événement, plus précisément, « comme un événement Tikun Olam avec thème dans lequel les participants aideront à développer de ‘grandes solutions’ pour une partie du monde sur les problèmes urgents », a-t-il dit.

« Il n’y a aucune raison de ne pas programmer un autre événement – compte tenu de la réussite de celui-ci, qui a été un succès auprès des élèves et des sponsors de l’événement. Nous nous réjouissons à l’idée d’organiser cet événement pour les nombreuses années à venir ».