Selon un haut-responsable palestinien, l’Autorité palestinienne ne devrait pas rejoindre la Cour pénale internationale [CPI] parce que la question des tirs sur les Israël pourrait être soulevée, et personne n’est innocent, remarque-t-il.

Selon la traduction fournie par le Palestinian Media Watch [PWM ; ONG israélienne et institut de veille des médias] mercredi, ces commentaires d’Abbas Zaki, un membre du Comité central du Fatah, ont été faits lors d’une interview sur la télévision libanaise la semaine dernière.

« Je m’oppose à la signature du Statut de Rome (pour rejoindre la Cour pénale internationale) tant que notre pays est occupé », explique Zaki. « Si demain vous tirez, ils affirmeront vous avez signé un accord. Ceci [le Statut de Rome] n’est pas destiné aux peuples qui veulent libérer leur pays… Je pense que l’arme du peuple [palestinien] est pure – ils ne veulent pas tuer ».

« Par ailleurs, il n’y a pas d’Israéliens innocents », ajoute-t-il.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a pesé pendant des mois une adhésion à la CPI, une étape qui transformera sa relation avec Israël. Cette relation passera de tendue à ouvertement hostile. Cette décision pourrait aussi envenimer les relations avec les Etats-Unis, qui s’opposent à la demande d’adhésion à la CPI.

Zaki a déjà fait des déclarations houleuses dans le passé.

En mars, il avait déclaré à la télévision palestinienne que Dieu rendrait possible le meurtre de tous les Israéliens.

« Ces Israéliens n’ont ni religion ni principes ; ce sont des instruments de pointe du mal », a affirmé Zaki à la télévision, selon PMW. « Je suis persuadé que Dieu les réunira pour que nous puissions les tuer ».

Zaki a fini sa phrase avec une citation attribuée au prophète Mahomet : « J’informe le meurtrier de sa mort ».

En 2011, il a traité le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président américain Barack Obama de « malfrats », et avait affirmé que le dessein palestinien d’annihiler Israël se fera graduellement.

En 2009, Zaki avait déclaré à la télévision libanaise que la solution à deux Etats entraînerait l’effondrement d’Israël.

Elhanan Miller a contribué à cet article.