Un homme a été arrêté samedi pour avoir attaqué un infirmier de l’hôpital Ichilov de Tel Aviv, car il pensait ne pas être soigné correctement. Quelques jours auparavant, un groupe avait attaqué des gardes de sécurité du même hôpital. Ces deux évènements soulèvent des inquiétudes sur les violences dirigées contre les employés des hôpitaux.

Selon un communiqué publié dimanche par la police, le suspect est arrivé pendant Yom Kippour pour être soigné après un accident de la route. Pendant les soins, il a poussé et craché sur un infirmier de l’hôpital car il n’était pas satisfait de son traitement.

La police du district du Yarkon est arrivée et a arrêté l’homme. Samedi soir, il a été présenté à la cour des magistrats de Tel Aviv, qui a prolongé sa détention jusqu’à lundi.

La police a précisé que l’enquête était en cours.

L'hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 27 février 2012. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

L’hôpital Ichilov de Tel Aviv, le 27 février 2012. Illustration. (Crédit : Yossi Zeliger/Flash90)

La semaine dernière, cinq hommes avaient blessé des gardes de sécurité du même hôpital en tentant d’agresser l’équipe des urgences parce qu’un membre de leur famille s’était plaint du traitement reçu.

« La police n’aura aucune tolérance envers toute forme de violence contre quiconque, et en particulier contre les fonctionnaires dont la fonction est de servir », a déclaré la police dans un communiqué dimanche.

Samedi, trois autres suspects ont été arrêtés en lien avec l’agression contre les gardiens d’Ichilov. Leurs arrestations portent à six le nombre de suspects détenus par la police pour cet incident. La police a arrêté trois autres suspects le même jour.

Trois gardiens de sécurité ont souffert de blessures légères à modérées quand ils ont été attaqués et frappés par des proches d’une patiente mécontente, avaient indiqué les responsables de l’hôpital après l’incident.

Une vidéo des faits montrait les gardes encerclés et frappés par les agresseurs. L’hôpital a indiqué que le personnel médical était « stupéfait et effrayé par les violences. »

Les employés ont manifesté mercredi devant les urgences pour protester contre plusieurs attaques récentes contre les personnels de plusieurs hôpitaux.

Le mois dernier, une femme hospitalisée au centre médical Rambam de Haïfa avait frappé une infirmière jusqu’à ce qu’elle s’évanouisse. Elle a été arrêtée.

La police a souligné que récemment, dans ces trois occasions où des patients ont attaqué des employés hospitaliers, les mises en examen avaient été rapides et les suspects maintenus en détention jusqu’à la fin des procédures judiciaires les concernant.

En mars, un survivant de la Shoah avait brûlé à mort une infirmière d’une clinique de Holon. Selon l’acte de mise en examen, Asher Faraj s’était énervé car le vaccin contre la grippe effectué par l’infirmière l’avait laissé faible et souffrant.

Faraj avait dit à la police qu’il n’avait pas l’intention de blesser qui que ce soit, mais simplement d’endommager la clinique.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.