Un homme d’affaires israélo-canadien controversé aurait versé plus d’un demi-million de shekels sur le compte en banque d’un cabinet de conseil fondé par Ari Harow en 2010, deux jours après la démission de Harow du poste de directeur de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Harow, né en Californie, est désormais le témoin de l’accusation qui fournit à la police israélienne des preuves dans le cadre de deux enquêtes contre Netanyahu, qui dément toute malversation.

Le quotidien israélien Yedioth Ahronoth a annoncé jeudi qu’un milliardaire juif inconnu avait versé 545 000 shekels à Harow, et a cité des sources « proches de l’enquête » disant que l’argent avait été payé pour « promouvoir les intérêts » de cet homme d’affaires auprès du bureau du Premier ministre. Quand il a réalisé que Harow ne pourrait pas « mener à bien » cette mission, l’homme d’affaires a demandé à récupérer son argent, a indiqué le journal.

Vendredi, la Dixième chaîne israélienne a indiqué que l’homme d’affaires en question était Nathan Jacobson, et a ajouté que Harow avait affirmé que l’argent avait été versé à son cabinet de conseil, 3H Global Consulting, pour une prestation fournie.

Yedioth a publié des extraits des « conseils » fournis par la firme de Harow.

Ari Harow, ancien chef de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une réunion du Likud à la Knesset, le 24 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Ari Harow, ancien chef de cabinet du Premier ministre Benjamin Netanyahu pendant une réunion du Likud à la Knesset, le 24 novembre 2014. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

La chaîne a indiqué que Jacobson, qui aurait fait fortune grâce à des techniques de paiement par carte de crédit sur internet, dit être proche de Netanyahu. Elle a diffusé une interview de Jacobson par la télévision canadienne, dans laquelle il confirme avoir présenté des ministres israéliens à leurs homologues canadiens.

Jacobson aurait également déjà affirmé connaître des cadres du Mossad. Le reportage télévisé indiquait que Jacobson était suspecté de corruption en Israël, et n’a présenté aucune réponse de l’homme d’affaires.