La police tchèque a annoncé samedi avoir interpellé un homme soupçonné d’avoir distribué un livre à caractère raciste et xénophobe, lors d’une perquisition effectuée vendredi au siège de la Fondation islamique de Prague.

« L’homme est soupçonné d’avoir organisé la traduction et la distribution d’un livre propageant le racisme, l’antisémitisme, la xénophobie et la violence à l’égard des prétendues ‘races inférieures' », a indiqué à l’AFP le porte-parole de la brigade de lutte contre le crime organisé (UOOZ) de la police tchèque, Pavel Hantak.

L’homme de nationalité tchèque, âgé de 55 ans, a été mis en examen et risque jusqu’à dix ans de prison, a précisé M. Hantak.

« A la suite d’un accord avec le parquet, l’UOOZ ne va pas divulguer le titre du livre en question, pour ne pas lui faire ainsi de la publicité », a dit le porte-parole.

Durant la perquisition de vendredi, les policiers ont procédé au contrôle des identités d’une vingtaine de personnes.

« Dans plusieurs cas concrets, la police a lancé la procédure en vue d’une extradition administrative », selon un communiqué de l’UOOZ.

Une centaine de personnes qui participaient à la prière collective de vendredi se trouvaient au siège de la Fondation au moment de l’intervention des policiers, selon l’agence de presse tchèque CTK.

« La police a agi avec la plus grande retenue et le respect pour la confession religieuse », a assuré M. Hantak.

La police a choisi le jour de vendredi « pour des raisons tactiques, pour pouvoir saisir suffisamment de preuves nécessaires à l’enquête », a expliqué le porte-parole.

La communauté musulmane en République tchèque (10,5 millions d’habitants) compte environ 10 000 membres, parmi lesquels quelque
3 000 pratiquants.