Un homme suspecté de vouloir éviter le service militaire tombe d’un toit en fuyant la police
Rechercher

Un homme suspecté de vouloir éviter le service militaire tombe d’un toit en fuyant la police

L’homme souffre de blessures à la tête, il se trouve dans une condition sérieuse

Affrontements entre Ultra-orthodoxes et policiers à Bnei Brak, le 20 novembre 2017 (Crédit : ossi Zeliger/Flash90)
Affrontements entre Ultra-orthodoxes et policiers à Bnei Brak, le 20 novembre 2017 (Crédit : ossi Zeliger/Flash90)

Un jeune homme a été hospitalisé dans un état sérieux dans la nuit de mardi à Beit Shemesh après être tombé d’un toit alors qu’il fuyait la police militaire, selon le site d’information ultra-orthodoxe Kikar Hashabat.

Les urgentistes ont été appelés dans la rue Aryeh Levin de la ville, qui se situe au sud-est de Jérusalem, à la suite d’informations que l’homme, suspecté de vouloir éviter le service militaire, a sauté d’un toit alors qu’il était poursuivi par les soldats.

Un urgentiste présent sur place a déclaré que « le jeune homme souffrait de contusions et de blessures à la tête et aux membres ».

Selon des témoins, a-t-il ajouté, « l’homme blessé est tombé du toit sur une barrière en pierre, ce qui a causé ses blessures sérieuses ».

Les quartiers ultra-orthodoxes, particulièrement à Jérusalem et Bnei Brak, ont été le lieu de nombreuses manifestations au cours des derniers mois contre l’incorporation dans l’armée.

Au cours de ces manifestations, les manifestants radicaux haredim de ce que l’on appelle la « Faction Jérusalem » ont bloqué les routes principales et se sont opposés à maintes reprises à la police, entraînant des dizaines d’arrestations.

Les manifestations ont été organisées plus en plus fréquemment depuis que la Haute Cour de Justice a abrogé, plus tôt cette année, une loi qui exemptait, dans les faits, du service militaire les hommes ultra-orthodoxes engagés dans l’étude religieuse, statuant que la loi allait à l’encontre du principe d’équité devant la loi.

La décision, qui a renforcé la colère parmi les membres de la communauté, a ouvert la possibilité qu’ils puissent être forcés à servir, une proposition qui fait polémique avec des conséquences politiques et sociales très importantes.

La cour a toutefois suspendu sa décision d’une année afin de permettre qu’un nouvel arrangement puisse être mise en place, donnant au gouvernement la possibilité de passer une nouvelle loi.

Des centaines de jeunes ultra-orthodoxes de la faction sont descendus dans les rues de Jérusalem dimanche, causant d’énormes perturbations de la circulation et paralysant le système de tramways de la capitale afin de protester contre l’incarcération de jeunes étudiants du séminaire qui ne voulaient pas aller dans l’armée.

Les manifestants ont bloqué l’entrée principale de la ville pendant trois heures.

La police a fait usage de la force pour disperser les manifestants dont certains se sont opposés à des conducteurs énervés et ont résisté aux tentatives des officiers de les faire partir. La police a également utilisé des canons à eau et du spray puant.

Les actions du groupe ont, dans le passé, conduit des condamnations de la part des dirigeants d’Israël, y compris le Premier ministre Benjamin Netanyahu, pour incitation à la violence contre les soldats de Tsahal.

En mai, par exemple, les manifestants ultra-orthodoxes ont incendié l’effigie d’un soldat israélien dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, devant les applaudissements et les encouragements du public.

Une vidéo diffusée sur des médias en hébreu montrait un homme tenant une copie, à taille réelle, d’un soldat tenu suspendu au-dessus d’un feu. Quelques heures plus tard, Netanyahu avait critiqué cet incident le qualifiant d’ « acte abjecte ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...